Aller au contenu principal

Entreprise
Camif.fr se tourne vers des filières de production plus locales

Lors de sa première venue au salon de l’agriculture, le distributeur niortais de mobilier et linge de maison Camif.fr a mis en valeur ses gammes de produits issues de partenariats avec des exploitants agricoles français.

Que les entreprises développent leurs approvisionnements biosourcés et écologiques, c’est une bonne nouvelle mais ce n’est plus vraiment nouveau. Qu’elles veillent à ce que ces circuits s’ancrent dans une échelle locale, nationale au minimum, régionale quand c’est possible, voilà la très bonne nouvelle ! En tant qu’entreprise à mission, Camif.fr a fait le choix de suivre un cahier des charges englobant tous les critères du développement durable dans sa stratégie commerciale : « Outre les aspects environnementaux, les questions sociales guident également notre politique d’achat », pointe Magali Borlet, directrice Achats au pôle Literie linge de maison à Camif.fr. Depuis quelques années, l’entreprise multiplie ainsi les contacts et contrats avec des acteurs agricoles implantés en France : lin des Flandres pour les tissus ; millet, sarrasin et épeautre pour les oreillers (leurs propriétés de respirabilité étant prisées contre les allergies) ; laine d’élevage du massif Central pour les couvertures ; plumes de canards des Pyrénées pour les duvets ; mais aussi calebasses cultivées par un agriculteur du Nord puis montés en luminaires par la jeune créatrice Sarah Morin…

Lire aussi : Nouvelle année, nouvelles missions pour les entrepreneurs ?

Des sommiers made in Nouvelle-Aquitaine

Côté literie, les matières premières sont de plus en plus issues de la région : pin des Landes, chêne d’Anjou et de Charente, hêtre du Val de Loire ou encore peuplier de la Vienne… Christian Delaunay, directeur de la scierie d’Anché (86) ne peut que se réjouir de la tournure des événements : « depuis l’année dernière, notre partenaire Delta 86 de Civray a remporté l’appel d’offres lancé par Camif.fr pour la confection de sommiers. Nous fournissons ainsi la matière brute : des peupliers non-traités qui ont poussé à moins de 30 km de notre atelier, on ne peut pas faire plus local ! ». Et d’ajouter : « en ne faisant pas appel à la concurrence portugaise, espagnole ou polonaise, Camif.fr sauvegarde l’emploi local. C’est une bonne nouvelle pour nos sept employés, mais aussi pour les consommateurs, qui sont de plus en plus regardants sur l’origine de ce qu’ils achètent ». Autre engagement sociétal de Camif.fr : privilégier les liens avec les entreprises du secteur protégé, comme Delta 86, qui fait travailler des personnes en situation de handicap.

stand de camif.fr au SIA
Le stand de Camif.fr au salon de l'agriculture 2020.

Des produits trop chers ?

Si Camif.fr œuvre sur le terrain social, un point achoppe toutefois : ses produits, présentant des prix plutôt élevés, sont-ils accessibles aux plus petites bourses (auxquelles appartiennent d’ailleurs souvent les agriculteurs) ? Pour la directrice Achats de Camif.fr, la question ne se pose pas : « c’est au consommateur de choisir s’il souhaite acheter du jetable en kit ou de la qualité qui dure des dizaines d’années ». Qu’il soit aisé ou pas. Laissant chacun à ce dilemme, Camif.fr poursuit sa route d’entreprise à mission et compte sur le salon international de l’agriculture pour développer son carnet d’adresses de producteurs et amorcer de futures collaborations.

Lire aussi : Camif.fr au salon de l'agriculture

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
S’employer chaque jour à faire avancer le projet
Le projet de stockage d’eau à des fins agricoles sur le bassin de la Sèvre niortaise entre dans sa phase de concrétisation. Alors…
Publicité