Aller au contenu principal
Font Size

Capr’Inov, carrefour de nationalités et d’idées échangées

La vitrine de la filière caprine deux-sévrienne attire au-delà des frontières régionales et hexagonales. A la recherche de matériel, d’idées nouvelles ou plus rarement d’un associé, chacun a une raison de se promener dans les allées de Capr’Inov.

Méli-mélo de nationalités, de profils professionnels, de motivations d’être ici, là, à Capr’Inov ce jeudi 27 novembre. Le tout avec pour décor, dans le hall 2, un damier noir et brun dessiné par des saanens et des alpines. Deux d’entre elles n’avaient d’ailleurs pas plaisir à faire enclos commun. Stress de salon ou deux caractères de cochon, qu’importe, il fallait les séparer. Ce que fit sans tarder un jeune homme vêtu d’une chemise estampillée Cavac. Alors que pour leurs congénères à quatre pattes, la sérénité semblait régner. Tout comme, côté éleveurs cette fois-ci, entre Grégory et Cédric. Il vaut mieux quand on est à la veille de s’associer. «Nous sommes quatre associés et Cédric, actuellement en parrainage, nous rejoindra en juin 2015, lors du départ à la retraite de mon père», explique Grégory, installé à Juillé en Charente. A la tête d’un troupeau de 260 chèvres et de 105 hectares, l’éleveur et ses associés transforment en fromage la production de lait de chèvre (90 000 litres) à hauteur de 30% et le reste est vendu à la laiterie. «Nous sommes venus à Capr’Inov car nous voulons changer de poudre de lait et de système d’alimentation», explique Grégory.
Elisa est quant à elle à la recherche d’un chevrier pour La Ferme de la prairie à Chabris (Indre). «Cela fait trois ans que nous cherchons. Alors après être passé par tous les réseaux classiques pour trouver un associé, j’ai décidé de faire la femme sandwich», confie-t-elle dans un large sourire carmin même si le fait de n’avoir reçu à ce jour aucune candidature lui pèse sur le cœur.
Un peu plus de légèreté pour Alicia et Alizée, toutes deux en classe de première Conduite et gestion d’exploitation agricole à la MFR de Sansais. Souriantes à souhait, les deux jeunes filles ont goûté à tout : la glace au lait de chèvre, les rillettes, le saucisson... Ce sont avec les papilles conquises qu’elles annoncent : «Les éleveurs sont créatifs, ils innovent!» Notons tout de même qu’elles ont mérité leur repas puisqu’elles s’attellent ce jour à la surveillance des chèvres.

Lire la suite dans Agri 79

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Plainte contre l'association Nous voulons des coquelicots : « Quand on refuse de se défendre, on va vers une forme d’esclavage »
Il y a quelques jours, Jean-René Gouron a déposé plainte contre « Nous voulons des coquelicots ». L’agriculteur retraité de la…
Thomas Gaillard, président JA 79
Un RIP contre l’élevage

Nos parlementaires sont-ils tombés sur la tête ?
À ce jour, un Référendum d’Initiative Partagé (RIP) pour les animaux…

Dégradation du matériel agricole : «c’est écœurant»
Dans la nuit du 12 au 13 septembre, un ou plusieurs individus ont volé un télescopique et l’ont ensuite utilisé pour dégrader une…
Inondations à Niort, hiver 2020
« Le problème de l’eau n’est pas un problème agricole »
Pour que la végétation se développe, il faut de l’eau. Au lendemain d’un hiver pluvieux, un habitant des Deux-Sèvres, formé à la…
Thomas Gaillard, entre appel au calme et au combat collectif
Revendiquant un brin de naïveté politique et un côté utopiste, le président des JA élu cette année affirme toutefois avoir…
Action de chasse.
«  La discipline intéresse les jeunes »
Ce dimanche 13  septembre a lieu l’ouverture générale de la chasse. Aux alentours de 10 000 en Deux-Sèvres, le nombre de…
Publicité