Aller au contenu principal
Font Size

Activez votre compte numérique

Pour lire les articles dans leur intégralité, vous tenir informé via les newsletters et consulter la version numérique d’Agri79 dès le jeudi,

J’active mon compte numérique.

Ce qu'ils pensent de l'interdiction de l'épandage des pesticides près des habitations

L'arrêté pris par le maire de Langouët et suspendu par le tribunal administratif de Rennes lève le débat. Doit-on ou pas interdire l'épandage des pesticides à proximité des habitations ?

© MSA

Jean-Marc Renaudeau, président de la chambre d'agriculture des Deux-Sèvres
« Cette demande est une réelle épée de Damoclès qui plane au-dessus de l'agriculture. Le monde agricole n'échappera pas à ce débat ». D'ailleurs, la fiche 36 du contrat de solutions proposé par la profession veut engager le travail non pas sur l'interdiction ou sur l'épandage à proximité des habitations mais sur des pratiques, objets de compromis entre agriculteurs et riverains.
Les chambres d'agriculture - et en Deux-Sèvres le travail va être lancé prochainement avec les collectivités, les associations de riverains, les représentants du monde agricole - coordonneront cette concertation. « Parce que soigner les plantes est une nécessité pour présenter sur les marchés des grains sains, il faut peut-être chercher dans l'aménagement du territoire des solutions. Des explications doivent également être apportées. Les produits utilisés sont tous homologués. Si le principe de précaution doit être activé, peut-être les plans d'urbanisme doivent-ils prévoir des zones tampons ».

Léopold Moreau, président de l'association départementale des maires
« L'annulation par le tribunal administratif de l'arrêté du maire de Langouët est normale si cet acte ne relevait pas de sa compétence ». Pour ce qui est du fond, l'épandage des produits phytosanitaires, le dossier n'a pas été débattu au sein du conseil d'administration de l'association des maires. « En conséquence, je ne me positionnerai pas aujourd'hui. Si la chambre d'agriculture, toutefois, ouvre une concertation, je pense que nous nous inscrirons dans la démarche. Les vacances se terminent. Il est possible que ce soit un sujet de rentrée ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

S’installer hors cadre familial : saisir l'opportunité
Audrey Pelletier a rejoint l’équipe du Gaec du Petit Chauveux en juin 2020, après un stage parrainage d’un an. Passionnée par l’…
Le chanvre français prépare le virage de la fleur
Dans le cadre de l'expérimentation en France du cannabis à fins thérapeutiques, l'Agence nationale du médicament (ANSM) devrait …
Et soudain, Exoudun... un village bouillonnant
Au centre d’un triangle St-Maixent-Melle-Lusignan, à équidistance de Poitiers et de Niort, se niche à flanc de colline le village…
Coloré, l'enrubannage exprime la solidarité
On les voit se multiplier dans les champs depuis 2017. A l’initiative du fabricant de film plastique trioplast, les bottes de…
Agriculture de conservation, Deux-Sèvres.
La plante nourrit les animaux, les racines le sol
Noam Cornuault organisera sur son exploitation, à l’automne, avec la chambre d’agriculture, un rendez-vous des couverts. Il…
Record de vente de béliers rouge de l’Ouest
106 reproducteurs rouge de l’Ouest ont été vendus, à la station de contrôle individuelle de Saint-Hilaire-du Bois.
Publicité