Aller au contenu principal

On reste vigilants !
À Chauray, les pompiers au bout du fil

Une fois par mois, la rubrique s’étoffe d’un article plus élargi sur le Service départemental d’incendie et de secours 79 et ses liens avec l’agriculture. Aujourd’hui, découverte du centre de traitement des appels, à Chauray.

Le calme, la rigueur et le discernement : trois qualités indispensables pour traiter les appels d’urgence.
© Chloé Poitau

Une blessure, un départ de feu dans un champ : en agriculture, les occasions de composer le 18 ou le 112 ne manquent malheureusement pas, peut-être davantage l’été. Que se passe-t-il de l’autre côté du combiné ? Dès qu’un appel est lancé, il arrive à Chauray, au centre de traitement de l’alerte (CTA), où une équipe de trois opérateurs (deux la nuit) œuvre autour du chef de salle. C’est dans ce centre névralgique que sont reçues toutes les alertes du département. Les traiter est « un métier à part », confie-t-on volontiers. « Se tromper d’adresse, mal comprendre une information peut faire chavirer tout le navire ensuite ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
La vente de taureaux des Sicaudières se tiendra en présentiel et en ligne
Le 12 mars, la station d’évaluation du lycée agricole de Bressuire proposera 35 taureaux à la vente. Dernière vente de charolais…
Publicité