Aller au contenu principal
Font Size

Choisir les espèces et variétés adaptées pour les semis

Le choix d’une ou plusieurs espèces pour les semis de prairies doit se faire sur la base de critères adaptés à l’utilisation que l’on souhaite en faire, au milieu cultural déjà existant et aux besoins du troupeau.

Le ray-grass anglais, ici en association avec du trèfle blanc,
est l’espèce prairiale la plus semée.
Le ray-grass anglais, ici en association avec du trèfle blanc,
est l’espèce prairiale la plus semée.
© Sophie Bourgeois

Le choix des espèces à implanter dépend de plusieurs critères : la pérennité (période pendant laquelle la plante sera productive), les conditions de sol, la résistance aux températures et le type de conduite de la prairie. Ces quelques critères sont déterminants pour choisir une variété dans le catalogue.


La facilité d’exploitation est également à prendre en compte. Plusieurs critères sont à évaluer avant de faire son choix. La précocité doit être particulièrement surveillée. Il ne faut pas confondre cette notion avec le démarrage de végétation. Il s’agit de la précocité d’épiaison pour les graminées et de floraison pour les légumineuses.


Le départ en végétation en fin d’hiver détermine quant à lui la date de mise à l’herbe possible. Il correspond à la reprise de la croissance printanière. Globalement, les variétés dont la précocité d’épiaison est tardive démarrent tard. Par conséquent, les variétés précoces à demi-tardives sont à préférer pour produire tôt afin d’atteindre des rendements importants au printemps avant les chaleurs de juin. Toutefois, le progrès génétique a permis d’avancer le départ en végétation de quelques variétés tardives à très tardives.


Il est également important de surveiller la souplesse d’exploitation, c’est-à-dire l’intervalle de temps compris entre le départ en végétation et le stade de début épiaison. Plus une variété est souple, plus la possibilité de la faire pâturer au premier cycle est longue.


L’alternativité est le quatrième critère à prendre en compte. Une plante alternative épie dès sa première pousse, quelle que soit sa période de semis. Son installation est rapide mais cette plante est moins pérenne. Une plante non alternative a besoin de l’influence du froid et des jours courts pour déclencher l’épiaison.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Plainte contre l'association Nous voulons des coquelicots : « Quand on refuse de se défendre, on va vers une forme d’esclavage »
Il y a quelques jours, Jean-René Gouron a déposé plainte contre « Nous voulons des coquelicots ». L’agriculteur retraité de la…
Thomas Gaillard, président JA 79
Un RIP contre l’élevage

Nos parlementaires sont-ils tombés sur la tête ?
À ce jour, un Référendum d’Initiative Partagé (RIP) pour les animaux…

Dégradation du matériel agricole : «c’est écœurant»
Dans la nuit du 12 au 13 septembre, un ou plusieurs individus ont volé un télescopique et l’ont ensuite utilisé pour dégrader une…
Inondations à Niort, hiver 2020
« Le problème de l’eau n’est pas un problème agricole »
Pour que la végétation se développe, il faut de l’eau. Au lendemain d’un hiver pluvieux, un habitant des Deux-Sèvres, formé à la…
Thomas Gaillard, entre appel au calme et au combat collectif
Revendiquant un brin de naïveté politique et un côté utopiste, le président des JA élu cette année affirme toutefois avoir…
Action de chasse.
«  La discipline intéresse les jeunes »
Ce dimanche 13  septembre a lieu l’ouverture générale de la chasse. Aux alentours de 10 000 en Deux-Sèvres, le nombre de…
Publicité