Aller au contenu principal

Capr'Inov
Christiane Lambert salue la vitalité de la filière caprine

En préambule au salon international caprin qui ouvrira ses portes demain, l’équipe de Capr’Inov a reçu la présidente de la Fnsea Christiane Lambert sur l’exploitation de Fabrice Redien à Prahecq.

La SCEA de la Forge est une exploitation de 500 chèvres pilotée par un éleveur installé depuis 2005 et qui produit annuellement 580 000 litres de lait. Collectés par la Coopérative laitière de la Sèvre (CLS), ils sont destinés à la fabrication de fromages au lait cru. Pour l'alimentation de ses chèvres, Fabrice Redien cultive 25 hectares. Le reste du fourrage est produit localement. « Je suis très satisfait du travail mené avec la coopérative, souligne l’éleveur. Nous avons de beaux projets pour l’avenir. Le souci auquel nous sommes confrontés aujourd’hui en tant qu’éleveurs, c’est la hausse des charges. Nos prix de vente n’augmentant pas, nous sommes pris en tenaille. J’espère que la loi Egalim 2 va nous apporter une bouffée d’air ».

Egalim, prix du lait et de la viande de chevreau, valorisation de la viande, hausse des coûts de production mais aussi attractivité de la filière, modernisation de l’outil de travail, tous ces sujets seront largement abordés durant deux jours sur le salon, comme l’a rappelé Samuel Hérault, président de Capr’Inov. Celui-ci a aussi souligné la montée en puissance du salon caprin, une progression que n’a pas manqué de noter Christiane Lambert.

« Capr’Inov est une formidable vitrine, remarque la présidente de la Fnsea. Il montre une filière caprine qui se prend en charge et tournée vers l’avenir. C'est aussi une équipe avec une vision positive du métier. Il ne faut pas s’excuser d’avoir des résultats encourageants ». Sur la question de la flambée des cours des matières premières, Christiane Lambert est claire : il n’est pas possible d’agir. Dès lors, quels sont les leviers à actionner ? « Il faut revaloriser les prix de vente en intégrant les coûts de production, résume-t-elle. La loi Egalim 2 doit nous le permettre ». Si tous les maillons de la filière n’ont pas joué le jeu des Egalim 1, la présidente de la Fnsea l’assure : « Nous nous accrochons très fort à cela. Tous nos coûts augmentent, nous devons pouvoir faire passer des hausses comme les autres secteurs économiques. L’alimentation a un prix ». Il existe toutefois des signes encourageants. La crise sanitaire a ainsi donné du poids au discours sur la sécurité alimentaire.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

300 personnes pour le premier dîner fermier à La Crèche

La chambre d’agriculture des Deux-Sèvres a lancé…

Petit moulin cherche meunier pour se réveiller
Depuis les années 80, la famille Boiron fait tourner la minoterie éponyme, en plein cœur de La Crèche. Inscrite dans la tradition…
Nicolas Redureau, éleveur de chèvre en Deux-Sèvres prend position sur le bien-être animal
Bien-être : considérer le binôme Homme-animal
Nicolas Redureau, éleveur à Noirterre (Deux-Sèvres), a participé aux groupes de travail orchestrés par Agrial sur le bien-être…
Stockage de l'eau : les uns avancent, les autres demandent à rejouer la partie
La radicalisation des opposants aux projets de stockage de l’eau laisse peu d’espoir que naissent des compromis. Le 6 novembre, à…
Plein phare sur le robot d’alimentation au Chêne blanc
Au programme de cette première journée du salon Capr’Inov, rendez-vous à Pougne-Hérisson pour visiter la SCEA du Chêne Blanc, qui…
PaillÔtop, le matériel qui botte les éleveurs
Le Gaec du Vieux Chêne, à Luché-Thouarsais, utilise la pailleuse automatique d’ALB Innovation depuis le début de l’année. L’…
Publicité