Aller au contenu principal

Sanitaire
Cinquante ans plus tard, le GDS adapte ses statuts

Le GDS tenait son assemblée générale mercredi 21 novembre à Châtillon-sur-Thouet. L’occasion de faire le point sur la vie de la structure et sur la situation sanitaire en Deux-Sèvres.

Retour aux origines pour le GDS, mercredi 21 novembre, lors de son assemblée générale.
Retour aux origines pour le GDS, mercredi 21 novembre, lors de son assemblée générale.
© G. R.
Mercredi 21 novembre, à l’occasion de son assemblée générale, le GDS revenait sur son histoire. A l’origine le GDS 79 est une fédération de GAS (groupement communal d’action sanitaire). Pour faire face à la diminution de leur nombre, et pour modifier l’objet du GDS dont les missions ont bien évolué depuis sa création en 1955, en 2013 les statuts seront révisés, proposaient les responsables de la structure lors de la réunion annuelle. Pour tenir compte  de la représentativité géographique des éleveurs, des délégués de secteur, correspondants à un ou plusieurs cantons, seront nommés. « Ils auront pour mission de représenter, informer, relayer les interrogations des éleveurs de leur secteur. L’objectif est de redynamiser le réseau pour une meilleure réactivité en cas de danger sanitaire », expliquait-on à Châtillon-sur-Thouet. 
A cet égard, plusieurs moyens de communication ont été mis en place : la diffusion du guide sanitaire 2013 et de « l’écho sanitaire régional » à l’ensemble des éleveurs du département, la diffusion aux présidents locaux  du « relais info », des articles réguliers dans la presse agricole et l’animation de réunions de secteur.
Ce travail en réseau offre au monde de l’élevage les moyens d’agir vite et bien. Depuis janvier 2012, date d’apparition du virus de Schmallenberg en France (février en Deux-Sèvres), cette organisation permet une surveillance virale  essentielle. « A l’occasion des mises bas en octobre, de nombreuses malformations ont été constatées sur les agneaux. Elles confirment une seconde circulation virale au cours de l’été dernier », analyse Ghislain Audusseau, responsable de l’action sanitaire élevage. Fin novembre, à partir des données collectées lors des analyses financées par le GDS, l’organisme statuera sur le niveau de cette nouvelle vague de contamination. Selon son ampleur, la caisse de péréquation sera activée. « Le virus de Schmallenberg est considéré comme une maladie d’élevage. L’Etat ne verse plus d’indemnisations », rappelle le responsable.
Regroupant 90%  des éleveurs professionnels de bovins, de caprins et d’ovins des Deux-Sèvres, le GDS gère des prophylaxies réglementées comme celles de la brucellose. Il propose également des prophylaxies volontaires comme le plan néosporose qui a vu le jour cette année. Pour 2013, des projets sont en cours de réflexion comme l’achat groupé de « bacs d’équarrissage » pour une meilleure gestion sanitaire des animaux morts sur les exploitations. Cinquante ans après sa création le GDS est toujours très actif. Dans un contexte de mondialisation des échanges et de réchauffement climatique, son utilité pourrait encore se renforcer.        
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Étang de Beaurepaire : la digue fermée à la circulation complique le quotidien
La fermeture de la route qui traverse l’étang de Beaurepaire oblige à faire un détour de 10 kilomètres. Les fonds pour mener les…
Attention au risque incendie

Depuis l’incendie d’un hangar à St Martin de Bernegoue le 10 avril, quatre nouveaux sinistres ont été enregistrés dans…

Flavien, éleveur de chèvres : « Les rencontres ont fait mûrir mon projet »
Déterminé depuis l’enfance à devenir agriculteur, Flavien Favre a bâti pas à pas son projet. Sa formation et ses expériences sur…
Les jeunes agriculteurs organisent un repas 100% local
Moteurs de la vie rurale, les Jeunes agriculteurs vont proposer aux Deux-Sévriens un repas complet, le samedi 1er mai…
Quand les haies chauffent le plancher des poules
A la faveur de l’installation d’un jeune agriculteur, en mai 2020, le Gaec Baulieu, à Echiré, a investi dans de nouveaux…
À la découverte de la petite Toscane argentonnaise
Loin de la plaine du sud, à équidistance de Bressuire et de Thouars, le village d’Argenton-les-Vallées se tient entre deux rives…
Publicité