Aller au contenu principal
Font Size

Comment implanter sa prairie dans un contexte de sécheresse

Avec une sécheresse qui n’en finit pas, la fin d’été 2018 met à rude épreuve la patience des éleveurs et compromet sérieusement le semis des prairies. Plusieurs solutions sont envisageables, sachant qu’il n’existe pas de remède miracle au déficit hydrique.

Une prairie sèche et une météo au beau fixe ; que faire lorsqu’on avait prévu un semis de fin d’été ?
Une prairie sèche et une météo au beau fixe ; que faire lorsqu’on avait prévu un semis de fin d’été ?
© Costie Pruilh/ Réussir

La première piste, de plus en plus utilisée aujourd’hui, consiste à implanter les prairies plus tardivement, simultanément avec un méteil. La jeune prairie (en général multi-espèces et d’implantation relativement lente), poussera, protégée sous le mélange céréalier. On pourra ainsi se permettre un semis autour de la mi-octobre, ce qui donne un peu de temps à la pluie pour arriver ! Pour l’exemple, on peut implanter une prairie à flore variée à 25 kg/ha, en simultané avec un mélange de céréales couvrantes (type triticale ou avoine) et de protéagineux (type pois fourrager) (respectivement 120 kg/ha de céréales, et 35 kg/ha de pois).

Semer au printemps, c’est bénéficier naturellement de la physiologie de la plante, dont l’implantation est facilitée en période de jours croissants (c’est le cas particulièrement pour les légumineuses). À plus long terme, la prairie semée au printemps sera mieux implantée lors de l’arrivée des premiers gels que dans le cas d’un semis automnal ; elle sera donc moins vulnérable.
Pour les doses de semis, on prendra soin de ne pas dépasser les 25 kg/ha, même pour les mélanges. Dans le cas d’associations ou de multi-espèces, il faut tenir compte des poids de mille grains respectifs des fourragères. Par exemple, à poids identique, on sème 5 fois plus de fléoles que de fétuque élevée. Pour aider dans ses choix, le Gnis met à disposition des outils http://le-calculateur.herbe-actifs.org/ et https://www.gnis.fr/publication/la-reglette-fourrageres/

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Plainte contre l'association Nous voulons des coquelicots : « Quand on refuse de se défendre, on va vers une forme d’esclavage »
Il y a quelques jours, Jean-René Gouron a déposé plainte contre « Nous voulons des coquelicots ». L’agriculteur retraité de la…
Thomas Gaillard, président JA 79
Un RIP contre l’élevage

Nos parlementaires sont-ils tombés sur la tête ?
À ce jour, un Référendum d’Initiative Partagé (RIP) pour les animaux…

Dégradation du matériel agricole : «c’est écœurant»
Dans la nuit du 12 au 13 septembre, un ou plusieurs individus ont volé un télescopique et l’ont ensuite utilisé pour dégrader une…
Inondations à Niort, hiver 2020
« Le problème de l’eau n’est pas un problème agricole »
Pour que la végétation se développe, il faut de l’eau. Au lendemain d’un hiver pluvieux, un habitant des Deux-Sèvres, formé à la…
Thomas Gaillard, entre appel au calme et au combat collectif
Revendiquant un brin de naïveté politique et un côté utopiste, le président des JA élu cette année affirme toutefois avoir…
Action de chasse.
«  La discipline intéresse les jeunes »
Ce dimanche 13  septembre a lieu l’ouverture générale de la chasse. Aux alentours de 10 000 en Deux-Sèvres, le nombre de…
Publicité