Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Lait de chèvre
Comment réduire la production laitière ?

La diminution de production est recommandée pour pouvoir faire face à la reprise de la demande après la crise.

© Idele

L’Idele a produit un ensemble de recommandations aux éleveurs caprins pour diminuer la production laitière lors de la période de confinement. L’enjeu est de pouvoir récupérer un niveau de production maximum quand la demande de lait sera rétablie. Pour chacune des solutions proposées, les risques sanitaires doivent également être évalués.

La monotraite est, d’après l’Idele, la solution à privilégier dans la situation actuelle car elle est possible dès le début de lactation, excepté pour les primipares, où un minimum de 4 à 5 semaines en double traite est nécessaire. Cette pratique induit une perte de production moyenne de 12 à 15 % et au maximum de 30 %, dont une partie peut être récupérée au retour en double traite. Elle semble tolérée par les chèvres hautes productrices, mais l’adaptation de l’alimentation est probablement nécessaire pour éviter une transition trop brutale.

La modification du débit et de la durée de la traite peut également générer des dysfonctionnements à anticiper ou surveiller pour éviter les infections mammaires (capacité du lactoduc, dépose automatique, traite humide…). Ce risque peut par ailleurs être limité en réformant plus rapidement les chèvres potentiellement infectées (mammite, cellule, déséquilibre…).

En cas de distribution des surplus de lait aux chevrettes, la pression d’infection par le Caev n’est que modérément augmentée pour les élevages distribuant habituellement du colostrum de mélange non thermisé. Le risque paratuberculose et mycoplasme est à relativiser en l’absence de symptômes chez les adultes.

En cas d’engraissement de chevreaux, sous réserve que leur vente soit possible, les risques sont d’abord liés à la surcharge du bâtiment et au développement de pathologie respiratoire. Le confinement des chevreaux doit être évité !

Les autres solutions comme la réforme ou le tarissement précoce, la baisse de la ration, la préparation de tomme… sont exposés par l’Idele.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Le déconfinement se prépare en Deux-Sèvres
Département classé vert, les Deux-Sèvres sont très peu touchés par l’épidémie de Covid-19. La sortie du confinement se prépare…
Les bruits liés aux canons effaroucheurs d’oiseaux

L’agriculture génère des bruits, notamment pendant la saison des gros travaux, récolte, semis, et notamment lors des semis de…

Partir de la ferme... pour mieux revenir
Alexandre Brousseau rejoint l’exploitation familiale à Nueil-les-Aubiers, après avoir acquis de l’expérience comme technicien-…
Benoit Forestier, un vétérinaire rural en constante adaptation
Benoit Forestier, vétérinaire rural depuis trente ans à Chiché, a vu son métier se transformer en même temps que la profession d’…
Hélène Blaud, présidente nationale des anciens exploitants
Jeudi 14 mai, Hélène Blaud a été élue présidente de la section nationale des anciens exploitants. Pendant trois ans, la Deux-…
L’agroalimentaire a mis les bouchées doubles pendant le confinement
La fermeture de la restauration hors domicile a obligé la filière à se tourner vers la grande distribution, alors que la demande…
Publicité