Aller au contenu principal

Dossier manutention
Confort et polyvalence : les cartes jouées par Manip

Cette semaine dans votre journal Agri79 un dossier manutention. Vous pourrez y retrouver des témoignages et des présentations de nouvelles machines et de nouveaux outils. La famille Ribouleau est propriétaire de la société Ribouleau Monosem SA, installée à Largeasse et de Manip SA, à Loudun dans la Vienne.

Les chargeurs frontaux de la marque Manip sont fabriqués dans la Vienne à Loudun.
Les chargeurs frontaux de la marque Manip sont fabriqués dans la Vienne à Loudun.
© Christelle Picaud
Comment évolue le marché du chargeur frontal ?
Xavier Couval, responsable marketing : Il est stable. Ce matériel résiste bien au développement du marché du télescopique. Installés sur des tracteurs de plus en plus gros, les chargeurs frontaux offrent à leurs utilisateurs un confort apprécié des éleveurs investisseurs.

Quelles sont les raisons pour lesquelles un agriculteur va investir dans un chargeur frontal ?
Il y a, ces dernières années, une évolution du couple tracteur et chargeur frontal. Quand, hier, la puissance des tracteurs compacts n’excédait pas 100 CV, aujourd’hui elle va jusqu’à 150 CV. Un atout pour les chargeurs frontaux. Installés sur ce type de matériel, ils offrent à l’utilisateur puissance, confort de travail et polyvalence du matériel.
Quelles innovations profitent ces dernières années aux chargeurs frontaux ?
Ces dernières années, notre travail a consisté à développer le confort dans l’utilisation. Aujourd’hui, il n’est pas rare de faire 1 000 heures de manutention par an. Nous avons simplifié l’accouplement par des systèmes hydrauliques à connexion rapide. Une nécessité pour satisfaire les utilisateurs qui recherchent la polyvalence du matériel. Les chargeurs peuvent également être équipés d’un système de suspension. Les commandes électroniques sont aussi dans le domaine de la simplicité d’utilisation, un vrai atout.

Quel est le prix moyen d’un chargeur frontal ?
Ces dernières années le marché du chargeur frontal est stable en quantité, mais il augmente en revanche en valeur. Le taux d’équipement se développe. Les éleveurs qui achètent ce type de matériel sont souvent en zone de polyculture élevage. Ils veulent du matériel confortable, fiable et polyvalent. Une réalité qui les incite à retenir de plus en plus d’options.
Pour un tracteur de 100 à 110 CV, il faut compter entre 7500 et 8500 euros pour un matériel standard. Le prix, bien entendu, augmente avec le taux d’équipement.

Quelle est la gamme de produits développée par la marque Manip dont l’usine de fabrication est installée dans la Vienne à Loudun ?
Notre offre se compose de treize modèles différents. Une quarantaine de salariés travaillent au développement de cette gamme.
Au-delà de la mise au point du produit en lui-même, la mise au point des systèmes d’adaptation sur les différents modèles de tracteurs occupe les ingénieurs du bureau d’étude. Nous comptons plus de cinq cents références. Chaque année, de nouveaux tracteurs arrivent sur le marché. La mise au point rapide d’un système d’accouplement efficace est une priorité pour l’entreprise.
Propos recueillis
 par Christelle Picaud
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Cosset et fils : le négoce dans le sang
Implanté depuis 70 ans à Saint-Pompain, dans les Deux-Sèvres, le négoce agricole Cosset et fils démarre un projet de…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
Publicité