Aller au contenu principal

Construire une offre à partir de la frustration des clients

À l’assemblée générale du Cerfrance Poitou-Charentes, il était question d’optimisme, de qualité de service et d’esprit d’entreprendre. Philippe Bloch, fondateur de Colombus Café, chroniqueur sur BFM Business, a présenté sa vision des choses.

Philippe Bloch a cité Jean Boissonnat co-fondateur du magazine L’Expansion : « quand on craint le pire on le fabrique. Quand on compte sur le mieux on y contribue ».
Philippe Bloch a cité Jean Boissonnat co-fondateur du magazine L’Expansion : « quand on craint le pire on le fabrique. Quand on compte sur le mieux on y contribue ».
© C.P.

Anecdotes et citations s’enchaînent. Pendant une heure, Philippe Bloch prononce un véritable plaidoyer en faveur de l’envie, de la responsabilité et de la confiance en l’avenir. Jeudi 15 décembre, salle de l’Hélianthe à La Crèche, une centaine de personnes, adhérentes ou collaboratrices du Cerfrance Poitou-Charentes, sourient, rient même parfois aux propos du conférencier. Les mots prononcés au cours de cette assemblée générale dédiée à l’optimisme au service de l’entreprenariat font écho. Le public adhère à la vision des choses du fondateur de Colombus Café, auteur et chroniqueur sur BFM Business, résolument positif. « Il y a probablement dans cette attitude une part de qualités personnelles », note l’entrepreneur, capable « d’importer de l’angoisse et d’exporter de l’enthousiasme ». Toutefois, argumente-il au fil de son intervention, cette attitude se travaille. « L’arbre qui tombe fait plus de bruit que la forêt qui pousse, cite-il. C’est vraiment le cas en France, où de nombreuses initiatives sont prises sans faire écho alors que les échecs et les difficultés sont relayés. On en arrive à se souhaiter bon courage au lieu de bonne journée », regrette l’ardent intervenant avant de citer Jean Boissonnat co-fondateur du magazine L’Expansion : « quand on craint le pire, on le fabrique. Quand on compte sur le mieux, on y contribue ».

Plus d'infos dans le journal Agri 79 du 23 décembre 2016

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Flavien, éleveur de chèvres : « Les rencontres ont fait mûrir mon projet »
Déterminé depuis l’enfance à devenir agriculteur, Flavien Favre a bâti pas à pas son projet. Sa formation et ses expériences sur…
Les jeunes agriculteurs organisent un repas 100% local
Moteurs de la vie rurale, les Jeunes agriculteurs vont proposer aux Deux-Sévriens un repas complet, le samedi 1er mai…
Lettre d’un agriculteur à ses voisins

Je me permets de vous adresser ce courrier car (...) la période des semis des cultures approche à grand pas. J’exploite des…

Quand les haies chauffent le plancher des poules
A la faveur de l’installation d’un jeune agriculteur, en mai 2020, le Gaec Baulieu, à Echiré, a investi dans de nouveaux…
La maraîchine, une bière locale « du champ au verre »
Deux brasseries artisanales, ancrées dans le Marais poitevin, se sont associées pour créer une nouvelle bière marquée « Valeurs…
Sécheresse, printemps, Deux-Sèvre, élevage, céréales.
Chaque jour qui passe entame le potentiel des cultures fragilisées par le gel
En un mois, l’excellent potentiel créé par les conditions météo de l’hiver est largement entamé. Chaleur en mars, froid, vent d’…
Publicité