Aller au contenu principal

Contraste saisissant entre la blanc bleu belge et la blonde d’Aquitaine

Avec 3500 visiteurs sur deux jours et cinq races en concours, Festiv’agri Lezay est une organisation qui séduit. L’Open star show prim’holstein s’y tiendra en 2018.

À Festiv’agri Lezay, des concours étaient organisés pour trois races bovines et deux races caprines.
À Festiv’agri Lezay, des concours étaient organisés pour trois races bovines et deux races caprines.
© N.C.

Quatre concours en deux jours. Bernard Proust et ses 43 bénévoles n’ont pas hésité. Un peu tremblé certes, « mais quand la demande est là, il faut l’honorer », juge le président de l’association Festiv’agri Lezay. Les 10 et 11 juin, sur le site du marché aux bestiaux, 300 animaux, bovins et caprins, en concours ou en présentation, ont défilé sous les yeux attentifs des 3 500 visiteurs. Ces manifestations sont des lieux de rencontres. De l’échange naissent les idées. « Trop longtemps, l’espèce caprine est restée loin des concours. Alors que les vaches sont passées en trente ans de 5 000 kilos de lait par an à 10 000, en chèvre, on continue de dire que les bons animaux tournent à 1 000 kg. Nous devons être plus ambitieux », explique Bruno Frère.
Obtenir une moyenne de troupeaux à 1400, 1 500 kilos est une réalité en 2017. « Les concours poussent au progrès. Ils stimulent », affirme le président de CAP (caprin avenir passion), organisateur du concours interrégional qui s’est déroulé samedi.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
S’employer chaque jour à faire avancer le projet
Le projet de stockage d’eau à des fins agricoles sur le bassin de la Sèvre niortaise entre dans sa phase de concrétisation. Alors…
Publicité