Aller au contenu principal

Convention citoyenne pour le climat : 150 personnes plancheront pendant cinq mois

© NC

Annoncée à l’issue du grand débat national, la convention citoyenne pour le climat est en cours de constitution. Cette assemblée, qui se réunira pour la première fois les 4, 5 et 6 octobre 2019, doit permettre l’émergence de propositions concrètes en faveur de l’environnement et de la transition écologique.

Cette convention citoyenne a vocation à impliquer toute la société dans la transition écologique à travers un échantillon représentatif de citoyens, pour trouver des solutions concrètes.
Entre le 26 août et fin septembre, environ 300 000 numéros de téléphone seront générés de manière aléatoire et appelés, pour constituer l’assemblée citoyenne qui se composera de 150 personnes représentatives de la diversité de la société. Celle-ci constituée, il est prévu que ses membres se réunissent six week-ends de trois jours. « On va les former à la question climatique, leur faire rencontrer un certain nombre d’experts qui vont leur expliquer la trajectoire actuelle, les enjeux, les solutions existantes et les difficultés qu’on n’arrive pas à surmonter. Ils vont délibérer pendant cinq mois. Comme un jury d’assises «, expliquait sur France Inter Cyril Dion, l’un des initiateurs du mouvement Colibris, garant de la convention.

L’objectif de celle-ci est de redessiner les mesures concrètes d’aides aux citoyens dans la transition climatique et de définir des mesures complémentaires (ainsi que leur financement) pour permettre à la France d’atteindre ses objectifs écologiques, notamment celui de baisser les émissions de gaz à effet de serre d’au moins 40 % en 2030 par rapport à 1990.

Les propositions qui émaneront de la convention citoyenne seront soumises, soit au vote du Parlement, soit à référendum, ou donneront lieu directement à des mesures réglementaires. Un engagement pris par Emmanuel Macron. À cette fin, les citoyens devront formuler des propositions précises, sous forme de projets de dispositions législatives ou réglementaires.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Confinement ou pâturage, concertation ou carnage ?

"À l’heure où les défenseurs du bien-être animal et les écologistes demandent l’interdiction de l’élevage en intérieur, la…

L’agriculture victime de pirates informatiques
La chambre d'agriculture des Deux-Sèvres victime d'une cyberattaque qui touche plus largement la région Nouvelle-Aquitaine et…
S’installer… quand on est prêt
Tondeur de moutons, Alexandre Sarrazin a hésité à s’installer pendant plusieurs années avant de franchir le pas à l’âge de 31 ans…
Attestation permanente exploitant agricole
La Fnsea et JA 79 ont obtenu la validation de l’attestation permanente spéciale exploitant agricole par le préfet des Deux-Sèvres…
Pâtures & Papilles veut régaler les consommateurs
Quatre élevages du secteur de Parthenay planchent sur l’élaboration d’un nouveau label basé sur un engraissement 100% herbager.…
Les exploitants agricoles, piliers des sapeurs-pompiers volontaires
Parce qu’il doit assurer l’avenir, le service départemental d’incendie et de secours (Sdis 79) est à la recherche de volontaires…
Publicité