Aller au contenu principal

Coronavirus : des millions de fleurs détruites chaque jour aux Pays-Bas

© piqsels

En pleine saison des tulipes, les horticulteurs néerlandais se voient contraints de détruire des millions de fleurs chaque jour, une situation inédite causée par la pandémie du nouveau coronavirus qui a fait chuter la demande. D'énormes tas de tulipes, roses, chrysanthèmes et autres plantes s'alignent depuis une semaine dans le plus grand marché aux fleurs du monde, obligé de se débarrasser d'une majorité de sa production face à une montagne d'invendus. « La seule solution est de les détruire », regrette Michel van Schie, porte-parole de la coopérative Royal FloraHolland, le géant néerlandais de l'horticulture. « Le marché aux fleurs aux Pays-Bas existe déjà depuis plus de 100 ans, et c'est la première fois que nous sommes confrontés à une telle crise », a-t-il déclaré à l'AFP. Royal FloraHolland estime que « 70 à 80% de la production totale (de fleurs) est en train d'être détruite » aux Pays-Bas, les producteurs néerlandais recourant à la même solution dans leurs propres pépinières. La fermeture des marchés et commerces, ainsi que le confinement de la population ordonné dans plusieurs pays d'Europe, entraînent des conséquences « dramatiques » pour le secteur horticole néerlandais, déplore Prisca Kleijn, directrice de l'Association royale des producteurs de bulbes (KAVB).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

PCAE : 80 millions d’euros sur un an, du jamais vu
L’enveloppe de cette année permettra de financer plus du double des projets habituels, avec une sélection plus large que par le…
Gâtine, Deux-Sèvres, qualité des eaux, prairie, élevage
Pour la qualité de l’eau, la société a besoin de l’élevage
Communication, mais également expérimentations : les syndicats des eaux et le Pays de Gâtine s’engagent pour maintenir l’élevage…
Le cuir, une histoire de famille
Rebecca Larapidie a créé Abak’art, sa marque de maroquinerie, pour laquelle elle utilise exclusivement les peaux de bovins élevés…
Un concours réussi et une belle dynamique au marché ovin de Parthenay
Le concours annuel des agneaux a donné lieu à une belle présentation, de l’avis des organisateurs. Au marché au cadran, la…
La mort du bovin viande

Une nouvelle Pac se profile !

Le ministère propose une remise en cause du montant de l’enveloppe dédiée à la…

Renard, Dégâts aux cultures, Esod
La fédération des chasseurs et la Chambre d'agriculture invitent à déclarer les dégâts
Pour qu’elle puisse être régulée toute l’année, une espèce doit être inscrite dans la liste des espèces susceptibles d’…
Publicité