Aller au contenu principal

Exposition
Coupure pub jusqu’en 2011 au Musée des tumulus

Le Musée des tumulus de Bougon accueille jusqu’au 2 janvier 2011 l’exposition Archéopub ou la survie de l’Antiquité dans les objets publicitaires.

« Les objets et les affiches publicitaires de l’exposition Archéopub proviennent de collectionneurs et de musées de la France entière », précise Elaine Lacroix.
« Les objets et les affiches publicitaires de l’exposition Archéopub proviennent de collectionneurs et de musées de la France entière », précise Elaine Lacroix.
© DR

 

Le latin et le grec n’ont de langues mortes que la dénomination. Elles sont en effet bien vivantes et nous empruntons à ces langues nobles des mots, chaque jour, sans même nous en apercevoir. Une réflexion suscitée par la visite de l’exposition Archéopub au Musée des tumulus de Bougon consacrant la publicité, héritière de l’Egypte, de la Préhistoire, des Gaulois, de la mythologie, des Vikings et de l’Antiquité. 

En effet, Volvo (« Je roule »), Clio (« Célébrer, chanter ») et les autres, ces voitures que l’on conduit, découvre au gré des vitrines commerciales ou qui défilent sur nos écrans télé, ont puisé leurs noms dans les langues anciennes. Idem pour les cigarettes Cléopâtre, la crème de beauté Khéops et les boules Quiès qui font référence à l’Egypte. Outre le vocabulaire, on découvre au Musée des tumulus une kyrielle d’objets estampillés de figures ancestrales : Vercingétorix symbolisant la patrie, le Sphynx auréolé de mystère et les dinosaures nous rappelant la Préhistoire. 

L’histoire se met-elle donc au service de la publicité ? Certainement. Et réciproquement, la publicité continue de faire vivre ces personnages disparus et ces époques lointaines. Un héritage culturel qui appartient à chacun. « La publicité fait partie de notre histoire, souligne Elaine Lacroix, conservateur du musée. Elle fait appel à notre inconscient et à un savoir collectif, on a tous en tête des images antiques. » Sans oublier que derrière les publicités, qu’elles soient par l’objet, télévisuelles ou par voie d’affichage, il y a la main de designers, d’artistes et de créateurs de talent. Elle a donc bien sa place au musée. Lieu qui permet de l’appréhender d’une autre manière, chacun à son propre niveau de lecture mais au musée, le charme de la publicité fait réfléchir plutôt que consommer.

 


 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

En 4L, avec l’agriculture et la mécanique pour bagages
A 18 et 19 ans, Bastien Sémillé et Thomas Rousselot s’embarquent dans l’aventure du 4L Trophy, édition 2023. Pour faire honneur à…
Les coopératives se mouillent pour maintenir l’élevage
Deux bâtiments neufs (l’un pour poules pondeuses, l’autre pour lapins) ont été inaugurés à Gascougnolles et à La Chapelle-Saint-…
Sur les marchés, la Parthenaise tente de trouver l’équilibre
Un point sur le marché de la Parthenaise a été fait à l’occasion de l’assemblée générale de France Parthenaise, vendredi 2…
Quelles règles concernant les nuisances sonores ?

Semer ou moissonner sans que personne ne le remarque est impossible ! Cependant, le bruit ne doit pas…

Le guichet pour les aides de crise ouvre le 22 juillet
Annoncée en mars, l’aide aux éleveurs ayant dégagé un revenu inférieur à 11000€ en 2020 sera mobilisable du 22 juillet au 15…
Éleveurs, ils fournissent 6,5 tonnes de viande par an aux cantines locales
Depuis 2014, treize éleveurs du bressuirais se sont structurés pour répondre aux appels d’offres de la restauration collective…
Publicité