Aller au contenu principal
Font Size

Exposition
Coupure pub jusqu’en 2011 au Musée des tumulus

Le Musée des tumulus de Bougon accueille jusqu’au 2 janvier 2011 l’exposition Archéopub ou la survie de l’Antiquité dans les objets publicitaires.

« Les objets et les affiches publicitaires de l’exposition Archéopub proviennent de collectionneurs et de musées de la France entière », précise Elaine Lacroix.
« Les objets et les affiches publicitaires de l’exposition Archéopub proviennent de collectionneurs et de musées de la France entière », précise Elaine Lacroix.
© DR

 

Le latin et le grec n’ont de langues mortes que la dénomination. Elles sont en effet bien vivantes et nous empruntons à ces langues nobles des mots, chaque jour, sans même nous en apercevoir. Une réflexion suscitée par la visite de l’exposition Archéopub au Musée des tumulus de Bougon consacrant la publicité, héritière de l’Egypte, de la Préhistoire, des Gaulois, de la mythologie, des Vikings et de l’Antiquité. 

En effet, Volvo (« Je roule »), Clio (« Célébrer, chanter ») et les autres, ces voitures que l’on conduit, découvre au gré des vitrines commerciales ou qui défilent sur nos écrans télé, ont puisé leurs noms dans les langues anciennes. Idem pour les cigarettes Cléopâtre, la crème de beauté Khéops et les boules Quiès qui font référence à l’Egypte. Outre le vocabulaire, on découvre au Musée des tumulus une kyrielle d’objets estampillés de figures ancestrales : Vercingétorix symbolisant la patrie, le Sphynx auréolé de mystère et les dinosaures nous rappelant la Préhistoire. 

L’histoire se met-elle donc au service de la publicité ? Certainement. Et réciproquement, la publicité continue de faire vivre ces personnages disparus et ces époques lointaines. Un héritage culturel qui appartient à chacun. « La publicité fait partie de notre histoire, souligne Elaine Lacroix, conservateur du musée. Elle fait appel à notre inconscient et à un savoir collectif, on a tous en tête des images antiques. » Sans oublier que derrière les publicités, qu’elles soient par l’objet, télévisuelles ou par voie d’affichage, il y a la main de designers, d’artistes et de créateurs de talent. Elle a donc bien sa place au musée. Lieu qui permet de l’appréhender d’une autre manière, chacun à son propre niveau de lecture mais au musée, le charme de la publicité fait réfléchir plutôt que consommer.

 


 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Plainte contre l'association Nous voulons des coquelicots : « Quand on refuse de se défendre, on va vers une forme d’esclavage »
Il y a quelques jours, Jean-René Gouron a déposé plainte contre « Nous voulons des coquelicots ». L’agriculteur retraité de la…
Thomas Gaillard, président JA 79
Un RIP contre l’élevage

Nos parlementaires sont-ils tombés sur la tête ?
À ce jour, un Référendum d’Initiative Partagé (RIP) pour les animaux…

Dégradation du matériel agricole : «c’est écœurant»
Dans la nuit du 12 au 13 septembre, un ou plusieurs individus ont volé un télescopique et l’ont ensuite utilisé pour dégrader une…
Inondations à Niort, hiver 2020
« Le problème de l’eau n’est pas un problème agricole »
Pour que la végétation se développe, il faut de l’eau. Au lendemain d’un hiver pluvieux, un habitant des Deux-Sèvres, formé à la…
Thomas Gaillard, entre appel au calme et au combat collectif
Revendiquant un brin de naïveté politique et un côté utopiste, le président des JA élu cette année affirme toutefois avoir…
Action de chasse.
«  La discipline intéresse les jeunes »
Ce dimanche 13  septembre a lieu l’ouverture générale de la chasse. Aux alentours de 10 000 en Deux-Sèvres, le nombre de…
Publicité