Aller au contenu principal

Crise sanitaire
Covid-19 : dix mois après, la situation reste contrastée chez les éleveurs

Il y a près d’un an, le monde basculait dans la pandémie et ses mesures inédites. Si la majorité des producteurs deux-sévriens font face, certaines filières, comme le pigeon, sont en grande difficulté.

La crise a nécessité des adaptations de la part des agriculteurs. Louis Bricout (à gauche) a développé la vente directe et ses relations avec une GMS pour multiplier les débouchés. Les Moreau (à droite) se sont quant à eux appuyés sur leur magasin de producteurs.
© Chloé Poitau / Ferme de Chiloup

Ils sont ceux qui n’ont jamais pu télétravailler… Agriculteurs et transformateurs ont dû faire preuve d’une grande capacité d’adaptation pour continuer de nourrir une France confinée, reconfinée, où les déplacements étaient limités et les débouchés de restauration réduits comme peau de chagrin. Pour certains, l’impact a été minime : « La vie à la ferme est inchangée, on voit juste moins de monde, on ne participe plus aux réunions de la chambre, aux assemblées générales. Mais je suis au grand air, je continue à chasser. Au début, le virus faisait très peur, maintenant je veille seulement à m’exposer le moins possible », indique James Lamy, éleveur laitier à Gournay-Loizé.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
S’employer chaque jour à faire avancer le projet
Le projet de stockage d’eau à des fins agricoles sur le bassin de la Sèvre niortaise entre dans sa phase de concrétisation. Alors…
Publicité