Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Covid-19 : la région dédie 50 millions d’euros à la gestion de la crise

Depuis cette semaine, la région Nouvelle-Aquitaine a mis en place des aides économiques à destination des entreprises. Un numéro de téléphone et un mail ont également été ouverts pour renseigner au mieux sur ce nouveau dispositif mais également sur les actions envers les associations et le personnel soignant.

Mardi 24 mars, Alain Rousset, le président de la Nouvelle-Aquitaine, a présenté le dispositif économique mis en place par la région pour accompagner les entreprises. Une enveloppe de 50 millions d’euros a ainsi été débloquée et viendra compléter le fonds de garantie national de 300 milliards d’euros qui prendra effet mercredi 25 mars.

Sur ces 50 millions d’euros, 20 sont dédiés à un fonds de solidarité à destination des TPE, des travailleurs indépendants et des microentreprises. Elle se compose dans un premier temps d’une aide allant jusqu’à 1500 euros. Elle concerne les entreprises de moins de 10 salariés avec un chiffre d’affaires inférieur à 1 million d’euros et enregistrant une perte de 70% de CA en mars 2020 par rapport à mars 2019 (sauf les entreprises fermées administrativement). La demande doit être faite avant le 30 avril.

Dans un deuxième temps, une aide complémentaire allant jusqu’à 2000 euros peut être réclamée pour les entreprises d’au moins un salarié (pas d’auto-entrepreneurs) qui ne peuvent régler leurs créances à 30 jours et qui se sont vu refuser un prêt de trésorerie. La demande doit être faite avant le 31 mai.

Ensuite, 5 millions d’euros sont dédiés sous forme de subventions d’aides de trésorerie aux associations employeuses de main-d’œuvre. Elles sont comprises entre 1 500 et 20 000 euros.

Puis 10 millions d’euros vont permettre d’abonder des prêts rebonds pour améliorer la trésorerie des entreprises. Sont concernées toutes les PME éligibles à la garantie BPIFrance financement et/ou ETI indépendantes. Ces prêts, de 300 000 à 5 millions d’euros, porteront sur une durée de sept ans, dont 24 mois de différé d’amortissement en capital.

Enfin, 15 millions d’euros seront attribués aux entreprises dans le besoin ne répondant pas aux critères des aides précédentes.

Des mesures complémentaires sont également mises en œuvre. Toujours pour les entreprises, un moratoire d’un an est prévu sur les avances remboursables de la région, ainsi qu’une augmentation du niveau des acomptes des TPE/PME/ETI et la création d'une cellule psychologique à destination des dirigeants d’entreprise. D’autres mesures sont mises en place pour les associations, les formations, les entreprises de transport et du BTP qui travaillent avec la région.

Protection sanitaire

 

Parce que l’urgence est avant tout sanitaire, Alain Rousset a annoncé la commande lundi 23 mars de 2,4 millions de masques chirurgicaux et 260 000 masques FFP2 pour un montant d'environ 1,5 million d’euros. En fin de semaine, une plateforme d’achats à destination des communes sera mise en ligne, en parallèle du lancement d’un appel à manifestation d’intérêt flash pour la fabrication urgente d’équipements médicaux du fait d’un manque de protection disponible « important, abyssal et incompréhensible ».

Par la suite, la région va engager une réflexion stratégique pour relocaliser « les technologies et savoir-faire indispensables à notre indépendance, dans le domaine de la santé et des énergies nouvelles », indique Alain Rousset.

 

En ce qui concerne l’agriculture, Alain Rousset constate les difficultés du secteur, dans le recrutement de la main-d’œuvre notamment. Le président de région s’est toutefois contenté d’un appel aux GMS à utiliser leur capacité logistique pour valoriser l’agriculture locale et à ne pas provoquer une dérive des prix. « Il a été porté à ma connaissance qu’une chaîne d’hyper achetait des asperges 7 euros le kilo pour le revendre 23 euros. Des démarches sont en cours pour éviter ce genre de situation », assure Alain Rousset.

 

Pour toute question, un numéro de téléphone est ouvert depuis le début de semaine : il s'agit du 05 57 57 55 88. Les experts sont également disponibles par mail à entreprise-covid19@nouvelle-aquitaine.fr. Toutes les informations actualisées sont disponibles sur le site entreprises.nouvelle-aquitaine.fr

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Point sur le coronavirus en Deux-Sèvres au 6 mars
Un premier cas détecté en Deux-Sèvres : une femme de 40 ans a été hospitalisée hier soir au CHU de Poitiers. 
Machin'Agri Saison 1 #épisode4
Découvrez l'épandeur Ploeger AT4103 trois roues. 
D’une exploitation à l’autre, des impacts du simple au double
Sur le pont en plein cœur de la crise qui cloître la majorité des Français chez eux, les agriculteurs s’adaptent avec courage à…
Intergénérationnel, le palet fait des adeptes
Jeu traditionnel des départements de la Vendée et du Poitou, le palet n’a rien d’une activité ringarde et séduit les grands comme…
Pour l’avenir du métier : anticiper la reprise
La MFR Saint-Loup-sur-Thouet et la chambre d’agriculture des Deux-Sèvres ont noué un partenariat depuis deux ans pour améliorer…
Concours général agricole : le palmarès 2020 des Deux-Sèvres
Les Deux-Sèvres se sont distinguées au CGA. Le concours de la Parthenaise a été une fois de plus un temps fort du SIA2020. 
Publicité