Aller au contenu principal

Covid-19: les horticulteurs demandent des garanties pour le printemps

© Philippe Moinet

Dans un communiqué paru le 8 décembre, l'interprofession horticole Valhor demande des «garanties sur la pleine capacité des circuits de commercialisation au printemps 2021». Les 3300 entreprises du secteur s'apprêtent à investir «un demi-milliard d’euros pour permettre la mise en culture des végétaux sans avoir à ce jour aucune visibilité quant à la reprise», rappelle Valhor.

Les représentants de la filière étaient reçus le 8 décembre par le Présent de la République à l'occasion de l'illumination d'un sapin de Noël à l'Elysée. La filière a donc demandé à Emmanuel Macron de placer les plantes d'ornement comme «produits de première nécessité», au même titre que les produits alimentaires ou informatiques. Elle craint pour le printemps une nouvelle fermeture des commerces, comme ce fut le cas lors du premier confinement au printemps dernier.

Durant le second confinement, les fleuristes sont longtemps restés fermés ; ils avaient obtenu une dérogation lors de la période de la Toussaint, avant de réouvrir plus durablement avec l'ensemble des commerces fin novembre. «La filière française du végétal repose sur la vitalité de ses 3 maillons essentiels et interdépendants : la production, le commerce et le paysage. Empêcher l’un d’entre eux de fonctionner pleinement, c’est en condamner l’ensemble», rappelle Valhor.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
S’employer chaque jour à faire avancer le projet
Le projet de stockage d’eau à des fins agricoles sur le bassin de la Sèvre niortaise entre dans sa phase de concrétisation. Alors…
Publicité