Aller au contenu principal

Coronavirus
Covid-19 : le point sur la situation en Nouvelle-Aquitaine

L'épidémie poursuit sa progression dans la région, jusque-là peu touchée, avec 65 nouveaux cas confirmés hier, ce qui porte le total à 656 cas confirmés en Nouvelle-Aquitaine, recensés par Santé Publique France. Point d'étape le 23 mars.

© ARS Nouvelle Aquitaine

L'Agence régionale de santé (ARS) Nouvelle-Aquitaine change sa communication sur l'évolution de l'épidémie. Elle donnera au quotidien le chiffre régional du nombre de cas confirmés, le nombre de personnes hospitalisées (dont en réanimation) et les décès. La répartition par département sera communiquée une fois par semaine, ce qui permettra d'avoir des données plus stables. L'objectif est d'observer l'évolution de l'épidémie et son impact sur le système de santé, le nombre réel de personnes atteintes du Covid-19 étant supérieur au nombre recensé.

Soulager le SAMU et les centres 15

Dans son communiqué du 23 mars, l'ARS Nouvelle-Aquitaine présente deux nouveaux dispositifs mis en place pour faciliter les prises en charge par la médecine de ville : la mobilisation des médecins généralistes pour soulager les SAMU-Centres 15 ; la mise en ligne du site internet maladiecoronavirus.fr.

Au 23 mars, les CPAM de la région ont recensé 2 800 médecins ayant accepté de prendre en charge des patients aux symptômes légers évocateurs du Covid-19 qui n’ont pas de médecin traitant ou quand leur médecin traitant ne peut pas les recevoir, étant malade ou saturé. Quand les patients appellent le 15, l’assistant de régulation médicale vérifie qu’ils n’ont pas de symptômes graves et qu’ils peuvent être pris en charge en ville. Si c’est le cas, il transfère l’appel à la plateforme de téléconseillers de l’Assurance maladie qui donnera les coordonnées d’un médecin inscrit dans le dispositif, au plus proche de chez eux. S’il le peut, le médecin proposera une téléconsultation ou accueillera le patient sur un créneau dédié ou sans rendez-vous.

Le site maladiecoronavirus.fr, référencé par le ministère de la Santé, permet à tous ceux qui pensent être contaminés par le Covid-19 de faire une évaluation anonyme et gratuite sur la base d’un questionnaire : âge, description des symptômes, antécédents médicaux... Cette plateforme, co-développée par des médecins spécialistes, l'AP-HP et l'Institut Pasteur est alimentée par les dernières connaissances scientifiques disponibles sur le Covid-19. A l’issue de l’évaluation, le site conseille à la personne soit de rester simplement confinée chez elle, soit de consulter son médecin traitant ou encore d'appeler immédiatement le 15, lorsque cela est considéré comme nécessaire. Le site n'a pas vocation à diagnostiquer, mais à orienter les personnes en évaluant leur état de santé, dans le but de rassurer et de limiter les appels au 15 pour les situations non urgentes.

Prise en charge des détenus malades

Si un détenu est atteint de Covid-19 sans critère de gravité, il sera pris en charge par l’USMP (unités sanitaires en milieu pénitentiaire), avec un suivi sanitaire comprenant un passage infirmier quotidien et une évaluation médicale. L'examen se fera dans des cellules dédiées, avec des masques pour le soignant et le patient. Les co-détenus qui ont partagé la cellule du malade feront l'objet d'une attention particulière. Si l’état d’un détenu malade nécessite une hospitalisation, il pourra être transféré à l’Unité Hospitalière de Sécurité Interrégionale (UHSI) au CHU de Bordeaux.

L’administration pénitentiaire se prépare à l’organisation de la détention dans des cellules ou un quartier dédiés aux personnes malades du Covid-19 et essaiera, dans la mesure du possible, de favoriser l’accès à des promenades dédiées aux détenus malades Covid-19, avec port d’un masque chirurgical.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

En 4L, avec l’agriculture et la mécanique pour bagages
A 18 et 19 ans, Bastien Sémillé et Thomas Rousselot s’embarquent dans l’aventure du 4L Trophy, édition 2023. Pour faire honneur à…
Une diversification en un temps record
Installer un associé rapidement, à moindre coût et sans bouleverser l’organisation de l’exploitation, c’est ce qu’ont réussi à…
Quentin : 100% aviculteur, et... 100% épanoui
Après des années à enchainer les boulots les plus divers, Quentin Le Thoueil a saisi une opportunité de s’installer à Voulmentin…
Les coopératives se mouillent pour maintenir l’élevage
Deux bâtiments neufs (l’un pour poules pondeuses, l’autre pour lapins) ont été inaugurés à Gascougnolles et à La Chapelle-Saint-…
Sur les marchés, la Parthenaise tente de trouver l’équilibre
Un point sur le marché de la Parthenaise a été fait à l’occasion de l’assemblée générale de France Parthenaise, vendredi 2…
Quelles règles concernant les nuisances sonores ?

Semer ou moissonner sans que personne ne le remarque est impossible ! Cependant, le bruit ne doit pas…

Publicité