Aller au contenu principal

Poitou Lapins
Création de partenariats performants avec l’amont et l’aval

Le groupement de producteurs vient de traverser deux années difficiles. 2009 est encore largement déficitaire. Mais les choix politiques assumés devraient permettre, en 2010, de retrouver un résultat positif.

Yohan Fonteniaud, directeur et Serge Lefevre, président de Poitou Lapins.
Yohan Fonteniaud, directeur et Serge Lefevre, président de Poitou Lapins.
© DR

Sorti d’Unilap, Poitou Lapins n’envisage pas pour autant de faire cavalier seul. La coopérative et ses 109 élevages voient dans les partenariats avec  l’amont et l’aval de la filière le moyen d’améliorer la marge nette dans les fermes. En 2010, c’est avec les firmes d’aliments, le centre d’insémination, les vétérinaires et les abattoirs que les producteurs veulent construire leur avenir. Ce travail en commun peut prendre différentes formes : l’audit d’élevage, par une vue globale de l’outil, permettra d’identifier les points qui doivent être travaillés en priorité. La diffusion des résultats des programmes de recherche conduits par les fabricants d’aliments contribuera à une amélioration des performances techniques. L’engagement des acheteurs sur un prix garanti doit contribuer au retour de la confiance. « Au sein de l’interprofession, un socle de base a été négocié à 1,604 euro par kilo. Du point de vue des éleveurs, celui-ci peut sembler insuffisant. Mais, c’est une base, un repère. Les exploitants ne naviguent plus à vue », défend Serge Lefevre, président de Poitou Lapins. 

Sous le regard critique et indépendant des quatre techniciens de la coopérative, éleveurs et fournisseurs vont dans l’année à venir s’engager sur la voie de la performance. À l’appréciation des résultats technico-économiques des adhérents en 2009, les adhérents de Poitou Lapins ont amorcé le virage (lire encadré). « Ce chemin est le seul à ouvrir un avenir », selon l’élu professionnel contraint ces dernières années à appliquer à Poitou Lapins la rigueur qui s’impose aux producteurs. Le résultat financier de l’exercice 2009 détaillé en assemblée générale mardi 15 juin à Largeasse est encore fortement déficitaire. 

« 2008 l’était également », rappelle Serge Lefevre avant de confirmer que les fonds propres du groupement ne permettront pas indéfiniment d’absorber les pertes. Le prévisionnel 2010 est calé sur un bénéfice de l’ordre de 50 000 à 100 000 euros. Un chiffre ambitieux après deux années de déficits à hauteur de 177 000 euros et 491 000 euros. Ambitieux mais réaliste, certifie l’administrateur. « En 2009, Poitou Lapins a cumulé des charges exceptionnelles malheureuses. Les choix politiques devraient contribuer à un rétablissement de la situation. » La tentative d’union avec Terrena aura coûté 142 000 euros au groupement en 2009. Une créance de 150 000 euros n’a pas été honorée par l’abattoir Lapins Meyer, de Chef Boutonne. L’accompagnement financier des neuf arrêts d’élevage finalement supporté par Poitou Lapins constitue un fait unique.               


Résultats 2009 

Dans un contexte conjoncturel tendu pour l’ensemble de la filière, les résultats technico-économiques des adhérents de Poitou Lapins sont en progression. D’une part, le nombre de kilos valorisés par insémination artificielle augmente de 354 grammes pour atteindre 15,268 kg/IA. D’autre part, la marge brute est en 2009 de 9,610 euros par IA soit une augmentation de 18% par rapport à 2008 (8,190 euros/IA)

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Lettre d’un agriculteur à ses voisins

Je me permets de vous adresser ce courrier car (...) la période des semis des cultures approche à grand pas. J’exploite des…

La maraîchine, une bière locale « du champ au verre »
Deux brasseries artisanales, ancrées dans le Marais poitevin, se sont associées pour créer une nouvelle bière marquée « Valeurs…
La mort du bovin viande

Une nouvelle Pac se profile !

Le ministère propose une remise en cause du montant de l’enveloppe dédiée à la…

Le cuir, une histoire de famille
Rebecca Larapidie a créé Abak’art, sa marque de maroquinerie, pour laquelle elle utilise exclusivement les peaux de bovins élevés…
Un concours réussi et une belle dynamique au marché ovin de Parthenay
Le concours annuel des agneaux a donné lieu à une belle présentation, de l’avis des organisateurs. Au marché au cadran, la…
La pétition reste ouverte pour complément d’enquête
Le collectif BNM a défendu devant la commission PETI un examen approfondi du dossier des réserves.
Publicité