Aller au contenu principal

Dactyle et luzerne : une bonne association pour passer des étés secs

La complémentarité de la graminée, riche en énergie, et de la légumineuse, riche en protéines, permet d’obtenir une très bonne valeur alimentaire.

© Gnis

Depuis cinq ans, beaucoup d’éleveurs se sont remis à cultiver la luzerne et à apprécier ses vertus, tant sous l’aspect agronomique qu’en tant qu’aliment pour le bétail. Culture économique en intrants et autonome en ce qui concerne la fertilisation azotée, en place pour 3 ou 4 ans, la luzerne est aussi une assurance sécheresse. En association avec le dactyle, la luzerne constitue une des solutions pour obtenir une production fourragère abondante et équilibrée l’été.


L’association dactyle/luzerne constitue une solution facile pour bénéficier des avantages de cette dernière. La culture de ces deux espèces estompe les limites de la légumineuse avec une pousse d’herbe retardée au printemps. En effet, il existe une triple complémentarité entre ces deux espèces. Les modes de récolte et d’utilisation du fourrage sont tout à fait compatibles. La graminée, riche en énergie, et la légumineuse, riche en protéines, font de cette association une très bonne valeur alimentaire. Enfin, il y a une bonne complémentarité quant à la répartition de la production au cours de l’année. Le dactyle sera plus présent au printemps mais les deux espèces pousseront de concert pendant l’été.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
La vente de taureaux des Sicaudières se tiendra en présentiel et en ligne
Le 12 mars, la station d’évaluation du lycée agricole de Bressuire proposera 35 taureaux à la vente. Dernière vente de charolais…
Publicité