Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Activez votre compte numérique

Pour lire les articles dans leur intégralité, vous tenir informé via les newsletters et consulter la version numérique d’Agri79 dès le jeudi,

J’active mon compte numérique.

SIA 2010
Dans l’euphorie du salon, les éleveurs rattrapés par la passion

Les terribles conséquences de la crise 2009 pèsent sur le Salon de l’agriculture. Dans les allées, la présence en nombre des visiteurs invite les agriculteurs à parler de l’avenir.

 

«Tout le monde s’accorde là-dessus. C’est incontestable. 2009 aura été une année de crise sans précédent en agriculture. » Ces mots prononcés au micro par Serge Bonanfant, président de l’OS parthenaise, au terme du concours de la race, posent le constat d’une difficile année. Au cœur du grand ring, à proximité des moutons, lors du goûter d’accueil offert par le conseil général des Deux-Sèvres, dans les allées au « cul des vaches  », mardi 2 mars, il n’est pas une discussion qui fasse abstraction des conséquences de la terrible période que l’agriculture « vient » de traverser. Cette crise on la déplore… et très vite, rattrapés par la passion, raison de leur présence sur les concours d’animaux, les éleveurs parlent de technique d’élevage, de génétique. D’avenir. « Investir dans la sélection, c’est travailler à l’amélioration des résultats techniques et donc économiques de l’exploitation », juge Céline Clément jeune éleveur de mouton, mais également Aurélien Jouteau, étudiant en BTS productions animales. 

Parler de cette période au passé semble être le souhait de tout le monde. Il faut repartir. Dans les allées du salon, la densité des visiteurs est un élément de plus qui pousse à l’optimisme. « Si nous sommes là, commentait Eric Gautier, président du conseil général à l’occasion de la journée des Deux-Sèvres, c’est pour soutenir les agriculteurs.  Le salon de l’agriculture, c’est la vitrine de l’excellence agricole », posait-il en guise d’encouragement à explorer le chemin des productions de qualité, voie d’avenir selon l’élu. Stigmatisant les logiques libérales « à l’origine de la crise actuelle », il appelle les exploitants agricoles à se tourner vers « les besoins de proximité, des modèles de production respectueux de l’environnement ». 

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Un entrepreneur français lance une «agence internationale de notation des sols»

L'entrepreneur Quentin Sannié, co-fondateur de Devialet (start-up hi-fi) a annoncé, dans un communiqué le 5 juin, le lancement…

Le département passe à l’acte 2 de son plan de relance
Après un premier plan d’aides annoncé le 21 avril dernier, le Conseil départemental en a entamé un deuxième, doté d’un budget…
Grégory Nivelle, nouveau président de la Fnsea 79 : « Les agriculteurs n’imposent pas un modèle, ils répondent à des attentes »
Mardi 9 juin, la nouvelle équipe de la FNSEA 79 a élu Grégory Nivelle président. L’éleveur laitier du sud Deux-Sèvres succède à l…
Quand l’installation tient à un permis de construire
Au Gaec Lactagri, à Aiffres, la relève est presque assurée : deux porteurs de projet sont dans l’attente de la construction d’un…
Guillaume Largeaud, attaché au Marais... et à faire bouger les lignes
Son passage à Top Chef Les grands duels, le 10 juin, nous a laissé sur notre faim. Portrait d’un éleveur convaincu que la…
Un cheptel en légère hausse
Thierry Baudouin raccroche après quatorze ans de présidence. Catherine Gallard et Emmanuel Turpeau prennent le relais avec de…
Publicité