Aller au contenu principal

« De bons rendements mais loin du potentiel des semences »

La Fnsea 79 et les organismes collecteurs ont fait le point sur la récolte des céréales. L’année 2015 présente des rendements proches de ceux enregistrés en 2014. Les prix d’acompte sont un peu plus élevés.

Selon François Chauveau, la récolte de blé est « loin d’être exceptionnelle» :  70q/ha quand le potentiel est de 80 voire 85 q/ha.
Selon François Chauveau, la récolte de blé est « loin d’être exceptionnelle» : 70q/ha quand le potentiel est de 80 voire 85 q/ha.
© Anjou Agricole

Les moyennes cachent des écarts parfois importants. L’année 2015 ne déroge pas à la règle en matière de récolte céréalière. Vendredi 24 juillet lors d’une réunion bilan organisée par la Fnsea 79, le point a été fait avec les différents organismes stockeurs présents sur le territoire.
Les résultats enregistrés sont les suivants :
- colza, 32 q/ha (moyenne 2010-2014 : 32 q/ha) ;
- orge, 70 q/ha (moyenne 2010-2014 : 60 q/ha) ;
- blé tendre, 74 q/ha (moyenne 2010-2014 : 66q/ha) ;
- blé dur, 72 q/ha (moyenne 2010-2014 : 57 q/ha) ;
- pois, 34 q/ha (moyenne 2010-2014 : 38 q/ha).
Cette année enregistre des résultats « convenables en moyenne, juge François Chauveau, avec des déceptions en certains endroits du département, notamment dans le nord, sur les cultures de printemps qui ont subi la sécheresse. En blé, nous disposons aujourd’hui de variétés dont le potentiel est plus près de 80, 85 q/ha que de 70q/ha. Au regard de celui-ci, l’année est loin d’être exceptionnelle ».
Globalement, cette année, les taux de protéines sont bons. Entre 11,5 et 13. « Ce que l’on regrette, juge le responsable syndical, c’est l’inadéquation entre les primes et les pénalités. Un blé dont le taux de protéines est supérieur à 12 bénéficie d’un bonus en proportion inférieur au malus appliqué au blé dont le taux de protéines est inférieur à 10,5. »
Côté prix, les premiers acomptes versés,  autour de 150 euros, « sont moyens au regard des charges de production engagées dans les exploitations », juge François Chauveau. Les exploitants  qui suivent les cours attentivement sont impatients de connaître le montant du complément de prix.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Ils font revivre la vigne dans les Deux-Sèvres
Au nord et au sud du département, des vignerons font renaître des terroirs oubliés. Benoît Blet, à Oiron, est aujourd’hui reconnu…
Les Ets Buchou négoce et Lamy Bienaimé se rapprochent encore
En intégrant la société Végalor (négoce Lamy Bienaimé), les Ets Buchou Négoce accomplissent une transmission correspondant à…
Une chargée de com’ dans un Gaec
Depuis mai 2020, Nadine Bazantay s’occupe de la communication du Gaec Villeneuve en poursuivant deux objectifs : booster la vente…
Moissons
Une nouvelle dimension pour Océalia
La fusion avec Natéa et le rapprochement avec Menguy’s assurent le développement des services d’Océalia. 
Réserves de substitution, Sèvres Niortaise
Les agriculteurs s'engagent collectivement à réduire de 50% les produits phytosanitaires à horizon 2025
Deux ans jour pour jour après la signature du protocole d'accord, la commission d'évaluation et de surveillance, en charge du…
Couvre-feu avancé : " une mesure qui a du sens " pour le préfet
Lors de la désormais traditionnelle conférence de presse préfectorale sur l'épidémie en cours, le préfet a décliné en local les…
Publicité