Aller au contenu principal

« De bons rendements mais loin du potentiel des semences »

La Fnsea 79 et les organismes collecteurs ont fait le point sur la récolte des céréales. L’année 2015 présente des rendements proches de ceux enregistrés en 2014. Les prix d’acompte sont un peu plus élevés.

Selon François Chauveau, la récolte de blé est « loin d’être exceptionnelle» :  70q/ha quand le potentiel est de 80 voire 85 q/ha.
Selon François Chauveau, la récolte de blé est « loin d’être exceptionnelle» : 70q/ha quand le potentiel est de 80 voire 85 q/ha.
© Anjou Agricole

Les moyennes cachent des écarts parfois importants. L’année 2015 ne déroge pas à la règle en matière de récolte céréalière. Vendredi 24 juillet lors d’une réunion bilan organisée par la Fnsea 79, le point a été fait avec les différents organismes stockeurs présents sur le territoire.
Les résultats enregistrés sont les suivants :
- colza, 32 q/ha (moyenne 2010-2014 : 32 q/ha) ;
- orge, 70 q/ha (moyenne 2010-2014 : 60 q/ha) ;
- blé tendre, 74 q/ha (moyenne 2010-2014 : 66q/ha) ;
- blé dur, 72 q/ha (moyenne 2010-2014 : 57 q/ha) ;
- pois, 34 q/ha (moyenne 2010-2014 : 38 q/ha).
Cette année enregistre des résultats « convenables en moyenne, juge François Chauveau, avec des déceptions en certains endroits du département, notamment dans le nord, sur les cultures de printemps qui ont subi la sécheresse. En blé, nous disposons aujourd’hui de variétés dont le potentiel est plus près de 80, 85 q/ha que de 70q/ha. Au regard de celui-ci, l’année est loin d’être exceptionnelle ».
Globalement, cette année, les taux de protéines sont bons. Entre 11,5 et 13. « Ce que l’on regrette, juge le responsable syndical, c’est l’inadéquation entre les primes et les pénalités. Un blé dont le taux de protéines est supérieur à 12 bénéficie d’un bonus en proportion inférieur au malus appliqué au blé dont le taux de protéines est inférieur à 10,5. »
Côté prix, les premiers acomptes versés,  autour de 150 euros, « sont moyens au regard des charges de production engagées dans les exploitations », juge François Chauveau. Les exploitants  qui suivent les cours attentivement sont impatients de connaître le montant du complément de prix.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Thomas Gaillard, président JA 79
Un RIP contre l’élevage

Nos parlementaires sont-ils tombés sur la tête ?
À ce jour, un Référendum d’Initiative Partagé (RIP) pour les animaux…

Dégradation du matériel agricole : «c’est écœurant»
Dans la nuit du 12 au 13 septembre, un ou plusieurs individus ont volé un télescopique et l’ont ensuite utilisé pour dégrader une…
Nicolas Redureau, éleveur de chèvre en Deux-Sèvres prend position sur le bien-être animal
Bien-être : considérer le binôme Homme-animal
Nicolas Redureau, éleveur à Noirterre (Deux-Sèvres), a participé aux groupes de travail orchestrés par Agrial sur le bien-être…
Thomas Gaillard, entre appel au calme et au combat collectif
Revendiquant un brin de naïveté politique et un côté utopiste, le président des JA élu cette année affirme toutefois avoir…
Urne, election
Deux-Sèvres : dix candidats pour deux postes de sénateurs
Dans un peu plus de huit jours, les grands électeurs voteront pour élire les deux représentants du département des Deux-Sèvres au…
HVE : entre bio et conventionnel, la voie du milieu
Simple logo de plus ou réelle opportunité pour les agriculteurs, la Haute valeur environnementale (HVE) progresse dans le paysage…
Publicité