Aller au contenu principal

« De bons rendements mais loin du potentiel des semences »

La Fnsea 79 et les organismes collecteurs ont fait le point sur la récolte des céréales. L’année 2015 présente des rendements proches de ceux enregistrés en 2014. Les prix d’acompte sont un peu plus élevés.

Selon François Chauveau, la récolte de blé est « loin d’être exceptionnelle» :  70q/ha quand le potentiel est de 80 voire 85 q/ha.
Selon François Chauveau, la récolte de blé est « loin d’être exceptionnelle» : 70q/ha quand le potentiel est de 80 voire 85 q/ha.
© Anjou Agricole

Les moyennes cachent des écarts parfois importants. L’année 2015 ne déroge pas à la règle en matière de récolte céréalière. Vendredi 24 juillet lors d’une réunion bilan organisée par la Fnsea 79, le point a été fait avec les différents organismes stockeurs présents sur le territoire.
Les résultats enregistrés sont les suivants :
- colza, 32 q/ha (moyenne 2010-2014 : 32 q/ha) ;
- orge, 70 q/ha (moyenne 2010-2014 : 60 q/ha) ;
- blé tendre, 74 q/ha (moyenne 2010-2014 : 66q/ha) ;
- blé dur, 72 q/ha (moyenne 2010-2014 : 57 q/ha) ;
- pois, 34 q/ha (moyenne 2010-2014 : 38 q/ha).
Cette année enregistre des résultats « convenables en moyenne, juge François Chauveau, avec des déceptions en certains endroits du département, notamment dans le nord, sur les cultures de printemps qui ont subi la sécheresse. En blé, nous disposons aujourd’hui de variétés dont le potentiel est plus près de 80, 85 q/ha que de 70q/ha. Au regard de celui-ci, l’année est loin d’être exceptionnelle ».
Globalement, cette année, les taux de protéines sont bons. Entre 11,5 et 13. « Ce que l’on regrette, juge le responsable syndical, c’est l’inadéquation entre les primes et les pénalités. Un blé dont le taux de protéines est supérieur à 12 bénéficie d’un bonus en proportion inférieur au malus appliqué au blé dont le taux de protéines est inférieur à 10,5. »
Côté prix, les premiers acomptes versés,  autour de 150 euros, « sont moyens au regard des charges de production engagées dans les exploitations », juge François Chauveau. Les exploitants  qui suivent les cours attentivement sont impatients de connaître le montant du complément de prix.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

En 4L, avec l’agriculture et la mécanique pour bagages
A 18 et 19 ans, Bastien Sémillé et Thomas Rousselot s’embarquent dans l’aventure du 4L Trophy, édition 2023. Pour faire honneur à…
Les coopératives se mouillent pour maintenir l’élevage
Deux bâtiments neufs (l’un pour poules pondeuses, l’autre pour lapins) ont été inaugurés à Gascougnolles et à La Chapelle-Saint-…
Sur les marchés, la Parthenaise tente de trouver l’équilibre
Un point sur le marché de la Parthenaise a été fait à l’occasion de l’assemblée générale de France Parthenaise, vendredi 2…
Quelles règles concernant les nuisances sonores ?

Semer ou moissonner sans que personne ne le remarque est impossible ! Cependant, le bruit ne doit pas…

Le guichet pour les aides de crise ouvre le 22 juillet
Annoncée en mars, l’aide aux éleveurs ayant dégagé un revenu inférieur à 11000€ en 2020 sera mobilisable du 22 juillet au 15…
Éleveurs, ils fournissent 6,5 tonnes de viande par an aux cantines locales
Depuis 2014, treize éleveurs du bressuirais se sont structurés pour répondre aux appels d’offres de la restauration collective…
Publicité