Aller au contenu principal
Font Size

Aviculture
De la paille de colza pour la litière des poules

Lionel et Fanny Moreau, aviculteurs à Chiché, ont choisi la paille de colza broyée pour la litière de leurs poulaillers. Un choix qu’ils ne regrettent pas.

La paille de colza broyée est utilisée pour la litière des poulaillers chez Lionel et Fanny Moreau, aviculteurs à Chiché.
La paille de colza broyée est utilisée pour la litière des poulaillers chez Lionel et Fanny Moreau, aviculteurs à Chiché.
© G. K.

Lionel et Fanny Moreau sont spécialisés dans l’élevage de dindes qu’ils élèvent dans  4 poulaillers, répartis sur 3 sites, représentant une surface totale de 3000 m². Ils pratiquent la technique du démarrage en poussinière, les dindonneaux étant répartis à leur arrivée dans deux poulaillers  en double densité avant d’être desserrés au bout d’un mois,  dans les deux autres bâtiments. Cette technique permet de réaliser des économies de gaz en ne chauffant que 2 poulaillers sur 4 mais nécessite d’être vigilant lors du transfert des volailles pour ne pas trop perturber les animaux.
Confrontés à la flambée du prix de la paille en 2011 et à celle des copeaux de pin, Lionel et Fanny recherchent une solution alternative plus économique tout en restant aussi efficace que les litières habituellement utilisées. C’est  en discutant avec Thierry Allaire, le technicien de la Ciab qui les suit, que l’idée d’utiliser de la paille de colza broyée leur vient. Des éleveurs de la Ciab l’ont déjà employée et en sont satisfaits. Lionel Moreau décide donc de récolter la paille du colza qu’il cultive sur son exploitation. Au moment de faire la litière des poulaillers il passe les bottes dans la pailleuse de la Cuma, avec un rendement de 3 tonnes de l’heure environ, avant de  l’épandre dans le bâtiment à raison de 5 kg /m² (7 kg/m² en hiver).
Premiers constats : la litière croûte moins vite qu’avec de la paille de blé ou des copeaux. Lionel Moreau l’explique par le fait que les dindonneaux ont tendance à gratter plus, ce qui retarde donc le croûtage. Il remarque également que les animaux n’ingèrent pas cette litière, l’amertume du colza ne le rendant pas très appétissant. Au final il constate que les lots démarrent mieux avec du colza.
D’un point de vue économique la tonne de paille de colza broyée revient entre 60 et 65 € à comparer aux 90 à 100 € la tonne de paille de blé achetée et livrée et aux 120 € la tonne de copeaux  de pin. Sachant que la concurrence des granulés de bois réduit d’année en année la disponibilité des copeaux, la paille de colza peut devenir une alternative intéressante. Un petit bémol toutefois pour 2013 avec la baisse des surfaces ensemencées et les disparités constatées dans les parcelles en place, la paille de colza risque d’être rare cette année et son prix devrait donc logiquement augmenter.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Plainte contre l'association Nous voulons des coquelicots : « Quand on refuse de se défendre, on va vers une forme d’esclavage »
Il y a quelques jours, Jean-René Gouron a déposé plainte contre « Nous voulons des coquelicots ». L’agriculteur retraité de la…
Thomas Gaillard, président JA 79
Un RIP contre l’élevage

Nos parlementaires sont-ils tombés sur la tête ?
À ce jour, un Référendum d’Initiative Partagé (RIP) pour les animaux…

Les glaces, une diversification rafraichissante et 100% locale
Depuis 15 ans, les 115 vaches du troupeau de la Roche laitière, à Brûlain, sont à l’origine d’une gamme de glaces vendues dans…
Dégradation du matériel agricole : «c’est écœurant»
Dans la nuit du 12 au 13 septembre, un ou plusieurs individus ont volé un télescopique et l’ont ensuite utilisé pour dégrader une…
Inondations à Niort, hiver 2020
« Le problème de l’eau n’est pas un problème agricole »
Pour que la végétation se développe, il faut de l’eau. Au lendemain d’un hiver pluvieux, un habitant des Deux-Sèvres, formé à la…
Action de chasse.
«  La discipline intéresse les jeunes »
Ce dimanche 13  septembre a lieu l’ouverture générale de la chasse. Aux alentours de 10 000 en Deux-Sèvres, le nombre de…
Publicité