Aller au contenu principal
Font Size

De l'enrubannage dans la ration des chèvres

L'enrubannage doit être intégré progressivement et prendre en compte la probable hausse d'ingestion globale.

© ARVALIS

Avant de décider d'intégrer de l'enrubannage dans la ration, il faut s'interroger sur sa qualité, qui peut être variable tant sur sa matière sèche que sur sa valeur alimentaire ou son état de conservation. Les conditions d'utilisation varieront énormément en fonction de ces paramètres. Ainsi, des analyses régulières sont fortement recommandées. Pour autant, quelques règles générales peuvent être retenues. Il faut l'introduire progressivement (+200 à 300 g/j/chèvre) en préférant le distribuer après un fourrage plus grossier bien consommé.

Tolérer peu de refus

La complémentation doit être adaptée au fur et à mesure. Par exemple, la substitution d'1 kg de MS de foin à 0,65 UFL par de l'enrubannage à 0,85 UFL doit donner lieu à une baisse de 200 à 300 grammes de concentrés pour prendre en compte l'augmentation de la valeur de la ration fourragère et la probable hausse d'ingestion globale. S'il est de bonne valeur alimentaire, le rationnement est indispensable. Pour autant, il peut être incorporé à des niveaux très variables (de 0,5 à 2 kg de MS) en fonction du reste de la ration et des besoins des animaux. Il faut piloter la quantité distribuée en fonction des refus, de la production laitière et du comportement des animaux. En pratique, on tolérera peu de refus en s'assurant d'une consommation minimum (0,4 kg) de fourrage plus fibreux par ailleurs.

Journée technique

La botte doit être entièrement consommée en deux à trois jours, selon la matière sèche et la température extérieure en écartant les bottes présentant des traces de moisis. Dans tous les cas, il faut surveiller son évolution après ouverture. D'autre part, les refus doivent être impérativement évacués et ne pas être mis en litière pour limiter les risques sanitaires.

Pour approfondir cette thématique technique, rendez-vous le jeudi 26 septembre à Lusignan (Inra les Verrines) pour la troisième édition de la journée technique Cap'Vert.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Plainte contre l'association Nous voulons des coquelicots : « Quand on refuse de se défendre, on va vers une forme d’esclavage »
Il y a quelques jours, Jean-René Gouron a déposé plainte contre « Nous voulons des coquelicots ». L’agriculteur retraité de la…
Thomas Gaillard, président JA 79
Un RIP contre l’élevage

Nos parlementaires sont-ils tombés sur la tête ?
À ce jour, un Référendum d’Initiative Partagé (RIP) pour les animaux…

Dégradation du matériel agricole : «c’est écœurant»
Dans la nuit du 12 au 13 septembre, un ou plusieurs individus ont volé un télescopique et l’ont ensuite utilisé pour dégrader une…
Inondations à Niort, hiver 2020
« Le problème de l’eau n’est pas un problème agricole »
Pour que la végétation se développe, il faut de l’eau. Au lendemain d’un hiver pluvieux, un habitant des Deux-Sèvres, formé à la…
Thomas Gaillard, entre appel au calme et au combat collectif
Revendiquant un brin de naïveté politique et un côté utopiste, le président des JA élu cette année affirme toutefois avoir…
Action de chasse.
«  La discipline intéresse les jeunes »
Ce dimanche 13  septembre a lieu l’ouverture générale de la chasse. Aux alentours de 10 000 en Deux-Sèvres, le nombre de…
Publicité