Aller au contenu principal

Consommation
De nouveaux goûts pour rendre chèvre les consommateurs

Vendredi 1er février étaient présentés de nouveaux produits pour promouvoir et faire revenir la viande de chèvre dans les assiettes de la région

.
.
© DR
La chèvre de M. Séguin pourrait être leur icône. Le loup qui la dévore à la fin leur idéal. Car La Route du Chabichou œuvre sans relâche pour que, comme le méchant du conte, les Picto-Charentais se ruent sur la chèvre pour la dévorer.  Ils corrigeraient ainsi une anomalie : la région abrite 30 % du cheptel caprin français mais 90 % de la production est consommée en dehors de ses frontières. « Il y a une perte de plus-value sur notre territoire », souligne Martine Lacroix, animatrice de La Route du Chabichou.
Pour y remédier, l’association melloise tente d’innover afin de proposer des produits à même de faire revenir la chèvre dans les assiettes régionales. La première étape d’élaboration de charcuterie et de plats a été franchie l’an passé en collaboration avec le lycée des Sicaudières de Bressuire et Fresyca. Sont sortis des ateliers technologiques du CFPPA des rillettes, du gigot séché, des saucissons sec et à l’ail ou encore des saucisses et merguez.
Ce sont ces mets à base de chèvre que présentait La Route du Chabichou vendredi 1er février à la boucherie-charcuterie Le Régal du palais de Melle. Pas un hasard, car ce commerce, tenu par Patrick Fresson, est le seul à proposer de la viande de chèvre dans sa vitrine. Et c’est bien là où le bât blesse. « Il faut que les métiers de bouche s’approprient le produit », invite Christine Bussière, animatrice de La Route du Chabichou. « C’est important que les professionnels de la viande en ai de manière régulière », abonde Martine Lacroix. Patrick Fresson est lui un convaincu puisqu’il vante « une viande facile et rapide à travailler qui a un prix très raisonnable de 2 euros le kilo ». Mais il admet que « cela ne représente pas encore un gros chiffre » pour son commerce. Il est en effet difficile de réhabiliter la consommation de cette viande un peu oubliée.
Le cercle vertueux est délicat à mettre en place. Les animatrices quadrillent donc le secteur avec énergie et conviction à travers des repas ou des fêtes ou auprès des lieux d’accueil. Dernière innovation en date : la raclette 100 % chèvre.

La Route du Chabichou a édité un petit recueil de cuisine, « Gastronomie en terre de chèvre ».
Prix : 3 euros. Renseignements
au 05 49 27 90 34.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

19 marchés festifs tout au long de l’été
Lieu de convivialité, les MPP offrent aux agriculteurs une occasion de se faire connaître localement. Les agriculteurs se…
Le parcours hors norme de Georgina
Des terrains de handball au Gabon à l’élevage de porcs en France, Georgina Tchatchoua-Gbayuen a eu plusieurs vies. Cette femme d’…
Les curseurs techniques et humains, gages de réussite
Même si le contexte laitier est complexe, les Deux-Sèvres comptent des exploitations en bonne santé. Pour déterminer l’avenir,…
Départementales : les projets des candidats pour la ferme Deux-Sèvres
La Fnsea et les Jeunes agriculteurs des Deux-Sèvres ont convié, mercredi 9 juin, les candidats aux élections départementales pour…
Président de Capr’Inov, un exercice d’équilibriste
Avec la structuration du salon et son développement constant, le temps alloué à la préparation de Capr’Inov est important. Samuel…
La qualité de la farine donne du grain à moudre aux boulangers
Pétrir, mouler et cuire restent les gestes séculaires de la fabrication du pain, mais les ingrédients de base sont choisis selon…
Publicité