Aller au contenu principal

De nouveaux producteurs de fromages de chèvre intègrent Résalis

Cinq producteurs fermiers mettent le pied à l'étrier de Résalis, la centrale d'achat de produits locaux des cantines. La Fresyca accompagne leur démarche.

Rachel et Aurélien Chevreau, installés depuis un an et demi, et Cécile Catelain, installée depuis 6 mois, font partie des producteurs de fromages qui s'intéressent à Résalis.
Rachel et Aurélien Chevreau, installés depuis un an et demi, et Cécile Catelain, installée depuis 6 mois, font partie des producteurs de fromages qui s'intéressent à Résalis.
© Ronan Lombard

Arrivée là parce que « j'aimerais que toutes les assiettes des collégiens des Deux-Sèvres contiennent des fromages de chèvre ou de la viande caprine du département », Colette Balland était autour de la table lors d'une réunion organisée par la Fresyca (Fédération régionale des syndicats caprins). Depuis un an, « nous avons engagé un travail dont le but est de lever les freins qui existent et de montrer que Resalis est une opportunité intéressante », explique Virginie Venot Bonnet, animatrice de la Fresyca.
En 2014, un seul producteur avait répondu à l'appel d'offres. Cette « sous-représentation » est le point de départ du travail collectif qui « entre aujourd'hui dans l'action », puisque cinq producteurs intègrent le catalogue.
L'action d'adhésion reste du ressort du producteur. « Nous sommes là pour faciliter les choses », par exemple « savoir comment communiquer avec les partenaires » de l'organigramme (élus, cantinières, parents...), ou déterminer quel panel de références est le plus pertinent. « Le principe est que le producteur le plus près du point de massification en mesure de le faire, livre le produit commandé », explique Claude Imbert, le producteur précurseur présent à la réunion pour partager son expérience. Pour avoir une harmonie et que cela soit « plus simple », quatre types de fromages ont été retenus : « la bûche, le chabichou, le mothais et la tomme », liste Virginie Venot Bonnet. « Il y a des filières, comme le pain, où ça fonctionne bien. Nous avons un retard à rattraper » afin de valoriser un outil « qui est en place et qui fonctionne. » L'éleveur de Pompaire, qui obtient déjà 5 % de son chiffre d'affaires par le biais de Résalis, reprend : « il y a besoin de relancer la motivation des acteurs » et qu'une augmentation de la demande fasse entrer de nouveaux producteurs.
La Fresyca estime qu'une dizaine de fournisseurs potentiels se sont déjà montrés intéressés, en espérant un effet boule de neige grâce aux cinq premiers. Selon les prévisions avancées à la réunion du 14 mars, dans les établissements où cela fonctionnera, il y aura du fromage de chèvre local une à deux fois par mois.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
La vente de taureaux des Sicaudières se tiendra en présentiel et en ligne
Le 12 mars, la station d’évaluation du lycée agricole de Bressuire proposera 35 taureaux à la vente. Dernière vente de charolais…
Publicité