Aller au contenu principal

De père en fils la famille Bellot travaille les blés de la région

L’artologie est la science du pain. En quatre jours, l’entreprise Bellot Minoterie s’est promis de valoriser l’engagement de ceux qui a ses côtés travaillent ce noble produit, mais également de sensibiliser les plus jeunes à cet art.

Transformer et valoriser les productions agricoles, en majeure partie issues du Poitou-Charentes est une ambition partagée par l’ensemble de la famille, représentée par son PDG Jean-Paul Bellot (à gauche).
Transformer et valoriser les productions agricoles, en majeure partie issues du Poitou-Charentes est une ambition partagée par l’ensemble de la famille, représentée par son PDG Jean-Paul Bellot (à gauche).
© N.C.

L'outil est présenté comme l'un des plus modernes d'Europe. Ce lundi 18 mai, jour d'inauguration de l'événement placé sous le signe de la convivialité et du partage, les invités de Bellot Minoterie en sont convaincus. L'entreprise familiale qui emploie 70 salariés sur le site de Geoffret, commune de Saint-Martin-de-Saint-Maixent, investit ici depuis deux cent vingt-cinq ans. Une constance remarquable à l’image de l’implication de la famille Bellot dans l’univers de la meunerie. Effectivement, depuis Pierre, marchand farinier au 16e siècle et jusqu’à Louis-Marie fraîchement diplômé d’une école de commerce européenne, 16 générations se dévouent à ce « noble métier », juge Jean-Paul Bellot, PDG. Transformer et valoriser les productions agricoles, en majeure partie issues du Poitou-Charentes est une ambition partagée par l’ensemble de la famille.
Du 17 au 20 mai, fournisseurs, clients, mais également les élèves des écoles voisines étaient invités à visiter l’outil de production. C’est ici, dans les cinq étages respectifs des deux unités de fabrication – l’une construite en 2008, l’autre rénovée en 2011 – que sortent les 140 variétés de farines  commercialisées par Bellot Minoterie. Cinq cents tonnes de blés peuvent au plus fort de la fabrication être écrasées chaque jour. « Les céréales sont analysées à leur arrivée. La présence de charançons conduit à un refus du chargement. Le sésame du laboratoire obtenu, la matière première est transportée 33 mètres plus haut. Au 4e étage de la minoterie commence le nettoyage. Impuretés et petites pierres sont isolées. Dès lors, au gré des étages successivement franchis grâce au principe de gravité, les grains nettoyés, tamisés, orientés selon les formulations en préparation se transforment progressivement en farine. Et Jean-Paul Bellot de détailler : 
« 68 000 tonnes de blé sont écrasées chaque année ». La part des produits labellisés Agriculture biologique est en nette augmentation. Une tendance qui devrait se poursuivre. En cinq ans, la fabrication a été multipliée par 3, évalue Pascal, chef meunier.  Une bonne nouvelle pour l’agriculture régionale, seul fournisseur via la Corab, des blés labellisés ici transformés.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Flavien, éleveur de chèvres : « Les rencontres ont fait mûrir mon projet »
Déterminé depuis l’enfance à devenir agriculteur, Flavien Favre a bâti pas à pas son projet. Sa formation et ses expériences sur…
Les jeunes agriculteurs organisent un repas 100% local
Moteurs de la vie rurale, les Jeunes agriculteurs vont proposer aux Deux-Sévriens un repas complet, le samedi 1er mai…
Lettre d’un agriculteur à ses voisins

Je me permets de vous adresser ce courrier car (...) la période des semis des cultures approche à grand pas. J’exploite des…

Quand les haies chauffent le plancher des poules
A la faveur de l’installation d’un jeune agriculteur, en mai 2020, le Gaec Baulieu, à Echiré, a investi dans de nouveaux…
La maraîchine, une bière locale « du champ au verre »
Deux brasseries artisanales, ancrées dans le Marais poitevin, se sont associées pour créer une nouvelle bière marquée « Valeurs…
Attention au risque incendie

Depuis l’incendie d’un hangar à St Martin de Bernegoue le 10 avril, quatre nouveaux sinistres ont été enregistrés dans…

Publicité