Aller au contenu principal

Des plumes,source de protéines

On peut se demander ce que deviennent les coproduits animaux après abattage. Un exemple de valorisation avec l’atelier Plumes de la société Soleval à Viriat dans l’Ain.

Pour une tonne de plumes, on obtient environ 33 % de protéines animales transformées.
Pour une tonne de plumes, on obtient environ 33 % de protéines animales transformées.
© Akiolis

Soleval, filiale du groupe Akiolis (voir encadré), est la marque dédiée aux filières de valorisation des coproduits de catégorie trois, issus d’animaux propres à la consommation humaine. L’entreprise exploite 16 ateliers spécialisés en fonction des espèces animales (volaille, canard, porc, bœuf, multi-espèces) et des matières (plumes, sang, os, couennes, pieds de cochons). Ces matières, issues d’animaux sains mais non consommées par l’homme, ne mobilisent pas de ressources utilisables en alimentation humaine », explique Sophie Grégoire, directrice de la communication d’Akiolis Group. Lire la suite dans Agri 79

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Cosset et fils : le négoce dans le sang
Implanté depuis 70 ans à Saint-Pompain, dans les Deux-Sèvres, le négoce agricole Cosset et fils démarre un projet de…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
Publicité