Aller au contenu principal

Pyrénées-Atlantiques
Depuis ses origines béarnaises, le linge basque tisse sa notoriété

Nappes, serviettes et autres linges de ménage aux rayures iconiques dans tout le sud de l’Adour ont reçu l’homologation d’une identification géographique.

Dans tout le Sud-Ouest et bien au-delà, la notoriété et la robustesse de la toile emblématique aux rayures si caractéristiques ne sont plus à démontrer.
© Tissage Moutet

Ce vendredi 13 novembre a porté chance aux Pyrénées-Atlantiques. En effet, l’Institut national de la propriété industrielle (INPI) a homologué, ce jour-là, l’indication géographique au linge basque. Décliné aujourd’hui en linge de table, d’office, d’ameublement, de mouchoirs voire de toile à sandales, le linge basque tire son origine et sa tradition de la culture du lin présente historiquement dans tout le bassin de l’Adour.

Cette présence a favorisé l’émergence d’une activité de tissage, notamment destinée à un usage agricole avec la « mante à bœuf », cette toile épaisse qui servait à protéger les animaux des insectes. La production de chaque ferme se différenciait par son jeu de bandes, souvent sur un fond uni en lin naturel.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
La vente de taureaux des Sicaudières se tiendra en présentiel et en ligne
Le 12 mars, la station d’évaluation du lycée agricole de Bressuire proposera 35 taureaux à la vente. Dernière vente de charolais…
Publicité