Aller au contenu principal

Débats
Des acteurs du biocontrôle craignent de subir un coup d’arrêt

La prochaine séparation entre vente et conseil des phytos va-t-elle marquer un coup d’arrêt pour le biocontrôle ? 

© Pixabay - Libre de droit

«L’obligation de séparation des activités de vente et de conseil (en phytos, NDLR) s’applique bien aux distributeurs de produits de biocontrôle », a confirmé Virginie Alavoine, chef de service des actions sanitaires en production primaire à la DGAL (ministère de l’agriculture), créant la surprise pour certains congressistes. Prévue au 1er janvier 2021, cette mesure inscrite dans la loi Egalim va-t-elle stopper l’élan du secteur ? Les 6e rencontres de l’IBMA (entreprises du biocontrôle) le 21 janvier dernier, ont montré une inquiétude chez des inter-venants.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

En 4L, avec l’agriculture et la mécanique pour bagages
A 18 et 19 ans, Bastien Sémillé et Thomas Rousselot s’embarquent dans l’aventure du 4L Trophy, édition 2023. Pour faire honneur à…
Elections, Départementales, Deux-Sèvres, Coralie Denoues, juillet 2021
Trois tours nécessaires pour élire Coralie Denoues
La liste 100% Deux-Sèvres a obtenu une large majorité au second tour des élections dimanche 27 juin. Pour autant trois tours ont…
Sur les marchés, la Parthenaise tente de trouver l’équilibre
Un point sur le marché de la Parthenaise a été fait à l’occasion de l’assemblée générale de France Parthenaise, vendredi 2…
Les coopératives se mouillent pour maintenir l’élevage
Deux bâtiments neufs (l’un pour poules pondeuses, l’autre pour lapins) ont été inaugurés à Gascougnolles et à La Chapelle-Saint-…
Quelles règles concernant les nuisances sonores ?

Semer ou moissonner sans que personne ne le remarque est impossible ! Cependant, le bruit ne doit pas…

Éleveurs, ils fournissent 6,5 tonnes de viande par an aux cantines locales
Depuis 2014, treize éleveurs du bressuirais se sont structurés pour répondre aux appels d’offres de la restauration collective…
Publicité