Aller au contenu principal

Des aides pour investir dans les économies d'énergie

Dans le cadre du Plan de compétitivité et d'adaptation des exploitations agricoles, des aides sont accordées à la mise en oeuvre d'investissements relatifs aux économies d'énergie tant en constructions neuves qu'en rénovation de porcherie.

En maternité, ma consommation de référence est de 900 kWh/place. Dans le cas d'un bâtiment BEBC, le maximum est de 540kh/place.
En maternité, ma consommation de référence est de 900 kWh/place. Dans le cas d'un bâtiment BEBC, le maximum est de 540kh/place.
© Réussir

Le sigle BEBC est utilisé pour les bâtiments d'élevage basse consommation. En porcs, il s'agit de bâtiments dont les consommations énergétiques sont inférieures aux valeurs de référence issues de l'étude sur l'utilisation rationnelle de l'énergie dans les bâtiments d'élevage (Ademe, 2007) répertoriées dans le tableau ci-dessous.
Dans le cadre du Plan de compétitivité et d'adaptation des exploitations agricoles, des aides sont accordées à la mise en oeuvre d'investissements relatifs aux économies d'énergie tant en constructions neuves qu'en  rénovation de porcherie.
En maternité et en post-sevrage, le chauffage représente 80 % des consommations. Cet axe est donc à privilégier.
En maternité, les investissements les plus performants pour atteindre les 40 % d'économie sont les suivants : l'installation d'une pompe à chaleur couplée à des dalles eau chaude permet d'atteindre plus de 60 % d'économie, quand celle de niches avec mesure de la température de la peau des porcelets permet d'atteindre près de 50 % (les niches simples ont une efficacité divisée par 2). De même, l'installation de trappes automatiques de freinage sur la ventilation permet d'éviter les déperditions et assure un gain d'environ 35 %. Couplées à un renforcement de l'isolation (gain de 8 %), ces deux dernières techniques permettent au bâtiment d'être BEBC.
En post-sevrage, la configuration est relativement similaire à celle de la maternité. D'autres investissements sont envisageables : par exemple, l'installation d'un échangeur couplé à celle de variateurs de fréquence sur les ventilateurs permet d'économiser plus de 40  % d'énergie.
Pour les salles de gestation et d'engraissement, c'est la ventilation qui génère le plus de consommations énergétiques, avec près de 90 %. C'est donc sur ce paramètre qu'il va falloir jouer afin de respecter l'objectif de 50 % prévu dans le BEBC. Ainsi, l'installation de variateurs de fréquence salle par salle ou d'une ventilation centralisée permet un gain de près de 60 % sur les consommations d'énergie. L'installation de ventilateurs économes permet des gains encore plus importants : la plupart des ventilateurs actuellement commercialisés ont été testés à l'Ifip sur un banc d'essai. La réduction des consommations par rapport à un ventilateur standard varie de 61 % à 89 % selon les marques (9 ventilateurs testés).

Isolation renforcée
Un choix adapté des matériaux de construction doit permettre de limiter les déperditions thermiques du bâtiment. Le but de l'isolation thermique est de diminuer les échanges de chaleur entre l'intérieur et l'extérieur par interposition d'un matériau ayant la capacité de conduction la plus faible possible, c'est-à-dire la résistance thermique la plus forte.
Pour les bâtiments BEBC, des recommandations ont été établies, allant au-delà de ce qui est habituellement constaté sur le terrain : on appelle cela de l'isolation renforcée. La réduction de consommation associée est environ de 8 % en  maternité et de plus de 10 % en post-sevrage. Associée à un autre type d'équipement, l'isolation des salles chauffées reste donc un bon moyen d'éviter les déperditions.

En pratique dans le PCAE
Tous les investissements permettant de réaliser des économies d'énergie (renforcement de l'isolation, boîtiers de régulation de nouvelle génération, ventilateur économe, éclairage basse consommation, récupérateur de chaleur...) sont éligibles au PCAE dans le cadre de la mesure 4.1.1.1. Il faut au préalable établir un diagnostic énergie de l'exploitation qui permettra de situer les consommations d'énergie par rapport à des références établies par l'Ifip. Suite à cela des propositions d'amélioration seront faites. En Poitou-Charentes, le plafond des travaux finançables est de 100 000 EUR avec un taux d'aides de 40 % majoré de 20% pour les JA et de 10 % pour les producteurs en bio. Le prochain appel à projet est fixé au 31 janvier 2016. Les formulaires de demande d'aides sont disponibles sur le site de la DDT 79.

A lire un dossier de 7 pages dans Agri 79

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Le parcours hors norme de Georgina
Des terrains de handball au Gabon à l’élevage de porcs en France, Georgina Tchatchoua-Gbayuen a eu plusieurs vies. Cette femme d’…
Les curseurs techniques et humains, gages de réussite
Même si le contexte laitier est complexe, les Deux-Sèvres comptent des exploitations en bonne santé. Pour déterminer l’avenir,…
Départementales : les projets des candidats pour la ferme Deux-Sèvres
La Fnsea et les Jeunes agriculteurs des Deux-Sèvres ont convié, mercredi 9 juin, les candidats aux élections départementales pour…
Président de Capr’Inov, un exercice d’équilibriste
Avec la structuration du salon et son développement constant, le temps alloué à la préparation de Capr’Inov est important. Samuel…
La qualité de la farine donne du grain à moudre aux boulangers
Pétrir, mouler et cuire restent les gestes séculaires de la fabrication du pain, mais les ingrédients de base sont choisis selon…
Les poulaillers, une option toujours prisée
Pour sécuriser une trésorerie ou pérenniser un emploi, de nombreux exploitants montent des ateliers volailles en parallèle de…
Publicité