Aller au contenu principal
Font Size

Des chèvres à la place de la chimie

C'est une initiative inédite en Deux-Sèvres : Louise Gautier loue les services de ses chèvres naines et de ses moutons du Cameroun pour débroussailler et tondre les terrains des professionnels et des particuliers.

Depuis plus d'un an, l'entreprise fait éco-pâturer ses chèvres naines chez les particuliers comme les professionnels, ici sur les terrains de l'entreprise DB Schenker.
Depuis plus d'un an, l'entreprise fait éco-pâturer ses chèvres naines chez les particuliers comme les professionnels, ici sur les terrains de l'entreprise DB Schenker.
© LE BAR À CHÈVRES

La liste d'attente s'allonge au fil des semaines. Pour bénéficier des services d'éco-pâturage des chèvres naines du bar à chèvres, il faut désormais tabler sur la fin de l'hiver, en 2020. Les animaux de la petite entreprise basée à Fressines, à 20 km de Niort, ont la cote, surtout depuis le coup de pub de la Maif qui, au printemps, a décidé d'entretenir les terrains de son siège social et de deux autres sites niortais avec les petites chèvres. Depuis, entre les entreprises, les communes et les particuliers, sa gérante, Louise Gautier, mène en moyenne cinq, six chantiers simultanément, dans un rayon d'une quinzaine de kilomètres. « L'interdiction de glyphosate pour les entreprises joue également. Les gens recherchent d'autres manières d'entretenir les terrains », glisse-t-elle.

Pourtant, à la base, le projet était tout autre. Après un burn-out il y a quatre ans, elle réalise un bilan de compétences qui fait ressortir son envie de s'occuper de chèvres. Elle achète alors une dizaine de chèvres naines et souhaite créer un « bar à chèvres », d'où le nom de l'entreprise, où les habitants du coin pourraient s'approvisionner en produits locaux caprins, à l'image de ce qui se fait à la maison de la chèvre à Melle, et boire un verre en caressant les petites bêtes. Mais faute d'un espace adéquat, Louise Gautier est obligée de se tourner vers une autre activité. « Je me suis retrouvé avec les animaux sans trop savoir quoi en faire », se remémore celle qui travaille en parallèle dans le secteur assurantiel. Elle est alors séduite par l'idée de l'éco-pâturage, une activité unique dans le département « et qui s'avère utile pour les territoires. De plus, on est dans le pays des chèvres et on ne les voit pas alors cela permet de les rendre visibles ».

Trouver des bâtiments pour l'hiver prochain

Pour lancer son activité, en avril 2018, elle fait le tour des communes avoisinantes, distribue les flyers et communique sur Internet. En un peu plus d'un an, son cheptel est passé de 10 à 44 chèvres, auxquelles se sont ajoutés neuf moutons du Cameroun, afin de proposer une offre plus complète car « le mouton tond et la chèvre débroussaille, ils sont en complémentarité ».

La demande est là mais Louise commence à avoir du mal à suivre. Limitée par son terrain de 4 000 m2 et un deuxième de 2 000 m2 qu'elle ne gardera pas longtemps, l'entreprise a besoin de se pérenniser. Sans possibilité actuelle d'agrandir son terrain et sans bâtiment, il lui est impossible de dépasser 50 chèvres. Alors Louise garde l'oeil ouvert. Sa priorité cette année est de trouver un bâtiment pour permettre à ses animaux de passer l'hiver dans de bonnes conditions. Mais elle n'a pas abandonné l'idée de trouver un local commercial pour reprendre son idée initiale, en complément. Ou encore de créer une ferme pédagogique pour sensibiliser les plus jeunes. Les idées ne manquent pas pour donner encore plus de visibilité aux chèvres dans les Deux-Sèvres.

D'autres initiatives d'éco-pâturage : Elevage L'aurelienne.

Et si vous voulez faire pâturer vos animaux, la direction interdépartementale des routes Centre-Ouest (DIR) met à disposition des terrains; à lire ici.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Plainte contre l'association Nous voulons des coquelicots : « Quand on refuse de se défendre, on va vers une forme d’esclavage »
Il y a quelques jours, Jean-René Gouron a déposé plainte contre « Nous voulons des coquelicots ». L’agriculteur retraité de la…
Thomas Gaillard, président JA 79
Un RIP contre l’élevage

Nos parlementaires sont-ils tombés sur la tête ?
À ce jour, un Référendum d’Initiative Partagé (RIP) pour les animaux…

Dégradation du matériel agricole : «c’est écœurant»
Dans la nuit du 12 au 13 septembre, un ou plusieurs individus ont volé un télescopique et l’ont ensuite utilisé pour dégrader une…
Inondations à Niort, hiver 2020
« Le problème de l’eau n’est pas un problème agricole »
Pour que la végétation se développe, il faut de l’eau. Au lendemain d’un hiver pluvieux, un habitant des Deux-Sèvres, formé à la…
Thomas Gaillard, entre appel au calme et au combat collectif
Revendiquant un brin de naïveté politique et un côté utopiste, le président des JA élu cette année affirme toutefois avoir…
Action de chasse.
«  La discipline intéresse les jeunes »
Ce dimanche 13  septembre a lieu l’ouverture générale de la chasse. Aux alentours de 10 000 en Deux-Sèvres, le nombre de…
Publicité