Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Pratique
Des conseils pour répercuter l'exonération de 20% de la taxe foncière

Agri79 revient sur les modalités de remboursement aux fermiers de l'exonération partielle de la taxe foncière pour les propriétés non-bâties.

Depuis la promulgation de la loi de finances de 2006, une exonération de 20 % de la taxe foncière sur les propriétés non bâties est applicable aux terres agricoles. Cette mesure a été adoptée dans le but de bénéficier aux exploitants. En présence d’une location, elle doit se répercutée sur le prix du fermage.
Les modalités de calcul du fermage restent inchangées, sauf en ce qui concerne les impôts et les taxes. Le principe est que ces charges soient réparties entre le preneur et le bailleur. A défaut d’accord entre les parties sur une répartition différente que celle énoncée dans le Code rural, le preneur prend à sa charge 20 % de la taxe foncière, 50 % de la taxe Chambre d’agriculture et 8 % des frais de rôles.
Ainsi, lorsque la part de la taxe foncière mise à la charge du preneur est égale à 20 %, le prix du fermage ne doit pas comprendre l’impôt foncier (voir dans le tableau l’exemple du 1er cas). Le fermier réglera seulement la part de la taxe Chambre d’agriculture et les frais de rôle.
En revanche, lorsque le pourcentage de la taxe foncière mis à la charge du fermier est supérieur à 20 %, le fermier doit rembourser au bailleur une fraction de cette taxe égale à la différence entre ces deux pourcentages multipliée par 1,25 (voir l’exemple du 2e cas). A l’opposé, lorsque le pourcentage de la taxe foncière mis à la charge du fermier est inférieur à 20 %, il ne paie plus d’impôt. Cependant, le bailleur déduit le montant du fermage dû par le preneur une somme déterminée en appliquant au montant de la taxe foncière un taux égal à la différence entre ces deux pourcentages multipliée par 1,25 (voir l’exmple du 3e cas).
Il est à noter qu’en cas de pluralité de fermiers, la répercussion se fait en proportion de la valeur cadastrale de parcelles que chacun d’eux exploite.
Renseignements auprès de la FDSEA au
05 49 77 16 69.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Le déconfinement se prépare en Deux-Sèvres
Département classé vert, les Deux-Sèvres sont très peu touchés par l’épidémie de Covid-19. La sortie du confinement se prépare…
Les bruits liés aux canons effaroucheurs d’oiseaux

L’agriculture génère des bruits, notamment pendant la saison des gros travaux, récolte, semis, et notamment lors des semis de…

Bien immatriculer les matériels de l’exploitation agricole
Les matériels qui ne sont pas soumis à l’obligation de certificat d’immatriculation (carte grise) doivent être immatriculés (à l’…
Benoit Forestier, un vétérinaire rural en constante adaptation
Benoit Forestier, vétérinaire rural depuis trente ans à Chiché, a vu son métier se transformer en même temps que la profession d’…
S’affranchir du soja importé, rêve ou réalité ?
Le contexte international de pandémie rend davantage saillante la question de l’autonomie protéique. La France peut-elle répondre…
L’agroalimentaire a mis les bouchées doubles pendant le confinement
La fermeture de la restauration hors domicile a obligé la filière à se tourner vers la grande distribution, alors que la demande…
Publicité