Aller au contenu principal

Des coopératives bloquées

Le 13 juin, plusieurs coopératives ont été bloquées par des producteurs de lait suite au mot d’ordre national lancé par la FNPL, Sodiaal, au Mans, Terrena, à Ancenis, Eurial, à Herbignac, et d’autres en Bretagne. Le lait des éleveurs a pu entrer dans les entreprises mais les produits transformés n’ont pas pu en sortir. Certains blocages ont été levés le 13 juin au soir, comme sur le site d’Agrial à Cesson-Sévigné, mais d’autres ont été maintenus encore pour 48 heures comme à Terrena. Les éleveurs demandent notamment une revalorisation d’au moins 35 c par litre sur les mois de juin, juillet et août. « Il y en a ras le bol : des gens qui bossent pour 450 euros par mois, ce n’est pas possible ! », s’est énervé Thierry Roquefeuil, le président de la FNPL. L’organisme estime que « dans les coopératives où la rémunération est globale, les prix payés aux producteurs doivent se regarder en moyenne annuelle et non au mois ».


La FNPL dénonce également la non-application de la loi Sapin 2 au travers d’une action sur Paris. Ses dirigeants ont été reçus par Jacques Mézard le même jour pour une première rencontre. Le ministre « a défendu […] la légitimité de la demande des éleveurs » tout en précisant que « ce n’est pas au ministre de se prononcer sur le niveau de prix adéquat ». Il a annoncé faire appel au médiateur des relations commerciales pour inciter les distributeurs « à tenir compte de l’évolution de la conjoncture dans les négociations en cours, notamment pour les produits sous marque distributeur ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
S’employer chaque jour à faire avancer le projet
Le projet de stockage d’eau à des fins agricoles sur le bassin de la Sèvre niortaise entre dans sa phase de concrétisation. Alors…
Publicité