Aller au contenu principal
Font Size

Des formations et des aides pour la mise en oeuvre des règles de biosécurité

Face à l'avancée de l'influenza aviaire et aux règles de biosécurité qui en ont découlé en début d'année, des aides et des formations sont prévues pour aider les aviculteurs.

© N.C.

Il y a un an, un premier cas d’influenza aviaire était découvert dans le Sud-Ouest, ce qui a entraîné la mise en place d’un plan d’éradication sans précédent qui a fortement impacté la filière gras. Depuis, des règles de biosécurité ont été instaurées pour l’ensemble des producteurs de volailles à l’échelon national.

Le 25 octobre 2015, un élevage amateur de poules pondeuses subissait une forte mortalité. Les analyses détectaient la présence d’un virus influenza aviaire fortement pathogène. Quatre-vingts autres cas, localisés dans le Sud-Ouest, seront découverts les mois suivants. Pour lutter contre cette épidémie, un plan d’éradication a été mis en œuvre. Il s’est traduit par l’arrêt de mise en place de volailles en élevage pendant un certain temps accompagné d’une désinfection très poussée des sites.

Le constat d’un manque de rigueur dans la prévention des risques de contaminations sanitaires au sein de certains élevages a conduit à la mise en œuvre de règles de biosécurité. Elles ont fait l’objet d’un arrêté publié le 8 février 2016 qui s’applique à l’ensemble des producteurs de volailles de l’Hexagone (chair et gras, en contrat ou en vente directe).

Plus d'infos dans le journal Agri 79 du 11 novembre 2016

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Plainte contre l'association Nous voulons des coquelicots : « Quand on refuse de se défendre, on va vers une forme d’esclavage »
Il y a quelques jours, Jean-René Gouron a déposé plainte contre « Nous voulons des coquelicots ». L’agriculteur retraité de la…
Thomas Gaillard, président JA 79
Un RIP contre l’élevage

Nos parlementaires sont-ils tombés sur la tête ?
À ce jour, un Référendum d’Initiative Partagé (RIP) pour les animaux…

Dégradation du matériel agricole : «c’est écœurant»
Dans la nuit du 12 au 13 septembre, un ou plusieurs individus ont volé un télescopique et l’ont ensuite utilisé pour dégrader une…
Inondations à Niort, hiver 2020
« Le problème de l’eau n’est pas un problème agricole »
Pour que la végétation se développe, il faut de l’eau. Au lendemain d’un hiver pluvieux, un habitant des Deux-Sèvres, formé à la…
Thomas Gaillard, entre appel au calme et au combat collectif
Revendiquant un brin de naïveté politique et un côté utopiste, le président des JA élu cette année affirme toutefois avoir…
Action de chasse.
«  La discipline intéresse les jeunes »
Ce dimanche 13  septembre a lieu l’ouverture générale de la chasse. Aux alentours de 10 000 en Deux-Sèvres, le nombre de…
Publicité