Aller au contenu principal
Font Size

Fourrages
Des fourrages de substitution

Point sur les pistes de semis d’espèces envisageables pour pallier partiellement un déficit fourrager.

Ensemencer des espèces « soudures » peut s’avérer intéressant pour combler une partie du manque de fourrages. Leur choix peut être fait en fonction de la date de semis, leur utilisation probable et leur coût. Pour l’ensemble de ces espèces, la levée reste tributaire de l’humidité du sol et est donc très aléatoire.  Après une récolte de céréales immatures ou d’orge, le choix des espèces à semer peut se faire en fonction de l’utilisation qui en est prévue (tableau 1). Pour les surfaces accessibles aux animaux ou pouvant servir d’affourragement en vert, le colza fourrager, le chou, le moha et le trèfle d’Alexandrie  sont possibles. Pour les surfaces non accessibles, le choix portera plus sur le sorgho fourrager. Le moha et le trèfle d’Alexandrie sont également possibles. Ce sont des espèces fourragères à utilisation mixte.Après une récolte de céréales en grains, une base de graminée (RGI, avoine brésilienne, triticale, avoine d’hiver, seigle)  donne les meilleures chances  de réussite (tableau 2). Cette base peut être mélangée à une légumineuse telle que le trèfle  incarnat ou le colza fourrager. Ce mélange pourra être utilisé en pâturage ou en fauche. Le sorgho fourrager est également à réserver pour la fauche. À cette date, il peut être intéressant de choisir un fourrage valorisable en sortie de l’hiver comme le RGI. Dans ce cas, les plantes susceptibles de geler (avoine brésilienne) sont à éviter. Dans tous les cas, il est conseillé de semer dès la récolte de la céréale (à condition d’avoir de la pluie) en assurant un bon contact sol/graine par un bon rappuyage du sol.


Semer du sorgho fourrager économe en eau
Après un ensilage de céréales, le sorgho fourrager présente des atouts. Son système racinaire lui permet d’extraire l’eau plus efficacement que le maïs. Pour un apport de fourrages verts pour l’été, le sorgho fourrager (de type suddan grass) est à exploiter en pâturage. Il peut être consommé quand la plante a dépassé les 60 cm de hauteur. On peut prévoir 2 autres passages toutes les 4 - 5 semaines. Le sorgho fourrager a une pousse explosive qui demande un suivi régulier après les pluies pour ne pas être débordé. Pour une bonne valorisation en ensilage, il faut préférer le sorgho sucrier. Les valeurs du sorgho ensilé sont proches de celles du maïs (mais avec moins d’énergie dans le cas du sorgho fourrager). Il viendra ainsi plutôt remplacer le maïs que l’herbe dans la ration.


Le colza fourrager après céréales
Culture à levée et à croissance très rapide, le colza peut être bon à pâturer 50 à 60 jours après un semis de fin de printemps (si humidité et chaleur). Pour une production de fourrage au plus vite, choisir une variété précoce (variétés type hiver, plus souple d’exploitation). L’utilisation est intéressante pour les bovins adultes et déconseillée pour les animaux en croissance. L’exploitation devrait être terminée au début de la floraison. Par la suite, la teneur en cellulose brute augmente et les teneurs en matières azotées diminuent ainsi que l’appétence. L’affouragement en vert permet de limiter les pertes.


Le RGI
Dérobée très connue et très utilisée l’an dernier, elle a donné satisfaction. Avec un semis précoce en août, on peut en attendre une production d’automne pour le pâturage puis une production précoce de printemps pour ensiler. C’est la plante qui donnera la meilleure valeur alimentaire (0,90 UFL 65-70 PDI). On peut l’associer avec du trèfle incarnat. Quelques éleveurs font une association avec du colza (5 à 7 kg) et en sont satisfaits.


Moha-trèfle d’Alexandrie
Le trèfle d’Alexandrie fournit de l’azote (15 à 20 % de MAT) assez peu dégradable dans le rumen. Sa valeur énergétique est correcte en lien avec une cellulose plutôt digestible. La valeur du moha est très liée à son stade. Sa valeur énergétique est faible, entre 0,65 et 0,70 UFL. La valeur du mélange moha – trèfle d’Alexandrie est d’autant plus faible que le moha aura épié : 0,72 UFL à l’épiaison vs 0,80 pour du moha peu avancé. Pour avoir des repousses, il faut pâturer le moha jeune. Il est mieux adapté à une ration ensilage d’herbe qu’à une ration maïs en raison de sa faible teneur en azote soluble.

RLH8EE8P_0.pdf (120.85 Ko)
Légende
Exemples de fourrages
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Plainte contre l'association Nous voulons des coquelicots : « Quand on refuse de se défendre, on va vers une forme d’esclavage »
Il y a quelques jours, Jean-René Gouron a déposé plainte contre « Nous voulons des coquelicots ». L’agriculteur retraité de la…
Thomas Gaillard, président JA 79
Un RIP contre l’élevage

Nos parlementaires sont-ils tombés sur la tête ?
À ce jour, un Référendum d’Initiative Partagé (RIP) pour les animaux…

Dégradation du matériel agricole : «c’est écœurant»
Dans la nuit du 12 au 13 septembre, un ou plusieurs individus ont volé un télescopique et l’ont ensuite utilisé pour dégrader une…
Inondations à Niort, hiver 2020
« Le problème de l’eau n’est pas un problème agricole »
Pour que la végétation se développe, il faut de l’eau. Au lendemain d’un hiver pluvieux, un habitant des Deux-Sèvres, formé à la…
Thomas Gaillard, entre appel au calme et au combat collectif
Revendiquant un brin de naïveté politique et un côté utopiste, le président des JA élu cette année affirme toutefois avoir…
Urne, election
Deux-Sèvres : dix candidats pour deux postes de sénateurs
Dans un peu plus de huit jours, les grands électeurs voteront pour élire les deux représentants du département des Deux-Sèvres au…
Publicité