Aller au contenu principal

des mélanges céréales et protéagineux pour tous

Les associations de céréales et de protéagineux sont globalement bénéfiques. Toutefois, tous les mélanges ne se valent pas et ne font pas non plus la satisfaction des organismes stockeurs et minotiers.

L’association du blé et de la féverole présente un avantage au niveau du tri mais moins au niveau de la valeur technologique. De manière générale, l’association du blé et de protéagineux présente un bon taux de protéine de la céréale.
L’association du blé et de la féverole présente un avantage au niveau du tri mais moins au niveau de la valeur technologique. De manière générale, l’association du blé et de protéagineux présente un bon taux de protéine de la céréale.
© N.C.

En matière d’association de céréales et de protéagineux, il faut concilier les besoins et les bénéfices agronomiques du producteur avec les attentes technologiques et la faisabilité du tri pour l’opérateur. Nous pouvons d’emblée distinguer les mélanges à destination de l’alimentation humaine de ceux à destination de la FAB (fabrication d’aliments du bétail).
Dans la première catégorie, l’effet recherché est généralement l’amélioration qualitative du blé panifiable. Les résultats observés sur les campagnes 2014 et 2015 montrent que pour cette stratégie, les résultats sont un peu plus aléatoires qu’escomptés. Le rendement du blé associé est le plus souvent inférieur à celui du blé pur mais l’association est toujours plus robuste. Le taux de protéine du blé en association est toujours égal, voire le plus souvent supérieur, à celui du blé pur, ce qui est l’objectif recherché. Le gain de protéines est croissant avec le pourcentage de protéagineux à la récolte. D’un point de vue économique, ces associations présentent un intérêt très élevé dans les situations à faible potentiel de blé. En matière d’aptitude au tri, l’association blé-féverole semble plus adaptée mais la valeur technologique de la féverole est très faible.

Plus d'infos dans le dossier biologique du journal Agri 79 du 27 mai 2016

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Ils font revivre la vigne dans les Deux-Sèvres
Au nord et au sud du département, des vignerons font renaître des terroirs oubliés. Benoît Blet, à Oiron, est aujourd’hui reconnu…
Les Ets Buchou négoce et Lamy Bienaimé se rapprochent encore
En intégrant la société Végalor (négoce Lamy Bienaimé), les Ets Buchou Négoce accomplissent une transmission correspondant à…
Une chargée de com’ dans un Gaec
Depuis mai 2020, Nadine Bazantay s’occupe de la communication du Gaec Villeneuve en poursuivant deux objectifs : booster la vente…
Moissons
Une nouvelle dimension pour Océalia
La fusion avec Natéa et le rapprochement avec Menguy’s assurent le développement des services d’Océalia. 
Réserves de substitution, Sèvres Niortaise
Les agriculteurs s'engagent collectivement à réduire de 50% les produits phytosanitaires à horizon 2025
Deux ans jour pour jour après la signature du protocole d'accord, la commission d'évaluation et de surveillance, en charge du…
Couvre-feu avancé : " une mesure qui a du sens " pour le préfet
Lors de la désormais traditionnelle conférence de presse préfectorale sur l'épidémie en cours, le préfet a décliné en local les…
Publicité