Aller au contenu principal

Couverts végétaux
Des mélanges de couverts conçus pour chaque problématique

À l’occasion d’une visite technique sur un essai Cipan, le négoce Neolis a présenté des mélanges de couverts végétaux du semencier Jouffray-Drillaud, chacun étant un levier agronomique en soi.

Les techniciens de Neolis ont présenté les atouts des mélanges de couverts végétaux, sur une parcelle test à Loizé, en rappelant les règles de base pour une bonne implantation.
© Léa Calleau

De la moutarde brune contre le piétin échaudage, du seigle forestier pour obstruer la repousse des adventices... En combinaison avec d’autres espèces, certaines plantes présentent des qualités qui en font de véritables leviers agronomiques. Lors d’une visite technique sur un essai Cipan à Loizé, organisé en fin d’année par le négoce, la technicienne Aude Liessi-Fortin a présenté plusieurs mélanges ayant un rôle de lutte contre les champignons ou les adventices. « Les couverts végétaux sont à considérer comme une culture en soi, déclare-t-elle. S’ils améliorent la qualité de l’eau sur un temps long, ils rendent aussi des services importants au sol et aux cultures ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Léa Izambart
Léa veut s’installer, malgré les difficultés
Malgré une conjoncture en berne en bovins allaitants, Léa Izambart fourmille d’idées pour amener un nouveau souffle à l’…
Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Cosset et fils : le négoce dans le sang
Implanté depuis 70 ans à Saint-Pompain, dans les Deux-Sèvres, le négoce agricole Cosset et fils démarre un projet de…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
Un contexte de plus en plus porteur pour les protéines
Certaines coopératives, comme Terrena, n’ont pas attendu le plan dévoilé en décembre par l’État pour favoriser la culture de…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Publicité