Aller au contenu principal

Tuberculose bovine
Des mesures spécifiques visant la faune sauvage

La tuberculose bovine, qui a fait sa réapparition dans les élevages français et dans la faune sauvage, depuis quelques mois est soumise à des mesures visant « à prévenir » son développement. « Alors que la France était parvenue à sa quasi-éradication au début des années 2000, on assiste depuis quelques années à une recrudescence de la tuberculose bovine dans les cheptels de Côte-d'Or, Dordogne, Pyrénées-Atlantiques et à la découverte de cas ou de foyers dans la faune sauvage », souligne l'Oncfs. « Aujourd'hui, la question est de savoir comment éviter à tout prix l'installation de réservoirs sauvages qui pourraient s'avérer incontrôlables », selon l'Oncfs qui souligne que les blaireaux sont « connus dans les îles britanniques pour être capables d'entretenir l'infection ». Pour prévenir le développement de la maladie, des mesures ont été prises pour réduire la densité « d'animaux sauvages sensibles dans les zones d'infection », tels que les cerfs, les sangliers et les blaireaux. Selon le ministère de l'Agriculture, la tuberculose bovine, touche actuellement une centaine de foyers.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Cosset et fils : le négoce dans le sang
Implanté depuis 70 ans à Saint-Pompain, dans les Deux-Sèvres, le négoce agricole Cosset et fils démarre un projet de…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
Publicité