Aller au contenu principal
Font Size

Des moutons dans les vergers

Faire pâturer des animaux sous les arbres fruitiers, de façon temporaire ou permanente, est possible à condition de réaliser certains aménagements du verger. Une des motivations avancées par les arboriculteurs est la lutte contre les bioagresseurs.

Faire pâturer des moutons dans un verger nécessite des aménagements comme l'augmentation de la distance inter-arbres ou encore l'allégement des palissages.
Faire pâturer des moutons dans un verger nécessite des aménagements comme l'augmentation de la distance inter-arbres ou encore l'allégement des palissages.
© N.C.

Associer arboriculture et élevage ovins. Le groupe vergers + durables, qui comprend des chercheurs, des conseillers des techniciens et des arboriculteurs de quatre pays, travaille sur ce type d'association, comme l'a présenté Arnaud Dufils, de l'Inra PACA au Sival d'Angers. Pourquoi vouloir introduire des ovins dans un verger ? Les motivations des arboriculteurs sont diverses : l'entretien de l'enherbement mais aussi la lutte contre un ou plusieurs bioagresseurs viennent en tête. Plusieurs cas de figure se présentent : alors que certains agriculteurs sont sollicités par des bergers pour accueillir leur troupeau de façon temporaire, d'autres arboriculteurs font pâturer leur propre troupeau, de manière temporaire ou permanente.


Les arboriculteurs qui font du pâturage permanent, avec une valorisation de l'atelier élevage, choisissent le plus souvent des races rustiques. La taille des troupeaux dépend des surfaces en verger. En général, on compte 3 à 4 moutons par hectare. Les animaux sont retirés des parcelles à la récolte (quelques semaines en amont pour les pommes à cidre pour des raisons sanitaires). Il peut s'agir soit de pâturage libre sur tout le verger, soit de pâturage tournant.
Il faut évidemment que l'exploitation arboricole soit adaptée à l'introduction d'animaux, notamment que le parcellaire soit regroupé.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Plainte contre l'association Nous voulons des coquelicots : « Quand on refuse de se défendre, on va vers une forme d’esclavage »
Il y a quelques jours, Jean-René Gouron a déposé plainte contre « Nous voulons des coquelicots ». L’agriculteur retraité de la…
Thomas Gaillard, président JA 79
Un RIP contre l’élevage

Nos parlementaires sont-ils tombés sur la tête ?
À ce jour, un Référendum d’Initiative Partagé (RIP) pour les animaux…

Dégradation du matériel agricole : «c’est écœurant»
Dans la nuit du 12 au 13 septembre, un ou plusieurs individus ont volé un télescopique et l’ont ensuite utilisé pour dégrader une…
Inondations à Niort, hiver 2020
« Le problème de l’eau n’est pas un problème agricole »
Pour que la végétation se développe, il faut de l’eau. Au lendemain d’un hiver pluvieux, un habitant des Deux-Sèvres, formé à la…
Thomas Gaillard, entre appel au calme et au combat collectif
Revendiquant un brin de naïveté politique et un côté utopiste, le président des JA élu cette année affirme toutefois avoir…
Action de chasse.
«  La discipline intéresse les jeunes »
Ce dimanche 13  septembre a lieu l’ouverture générale de la chasse. Aux alentours de 10 000 en Deux-Sèvres, le nombre de…
Publicité