Aller au contenu principal

Manifestation
« Des prix de plus en plus déconnectés de ceux de la production »

Patrice Coutin, président de la FDSEA, était mardi à la tête d’une délégation qui est allée relever les prix de quelques produits dans une grande surface de Parthenay. Résultat : le grand écart entre prix à la production et à la consommation se confirme.

Des relevés de prix « édifiants », pour la secrétaire générale de la FDSEA, Sylvie Macheteau. Mais qui s’inscrivent dans une tendance lourde de baisse à la production et de hausse à la consommation.
Des relevés de prix « édifiants », pour la secrétaire générale de la FDSEA, Sylvie Macheteau. Mais qui s’inscrivent dans une tendance lourde de baisse à la production et de hausse à la consommation.
© DR

 

Mardi, vous avez appelé à une action syndicale dans une grande surface à Parthenay. Que se passe-t-il ?

- Patrice Coutin : On veut faire des relevés de prix et une fois de plus dénoncer les écarts entre les prix à la production et les prix à la consommation. Plusieurs études confirment que les prix à la consommation sont de plus en plus déconnectés des prix agricoles. On veut mettre en évidence les marges les plus importantes. Sachant qu’il ne semble pas faire de doute qu’elles sont du côté de la grande distribution. Nous sommes d’autant plus mécontents que le revenu agricole a baissé de 15% !

Nous avons besoin de cette lisibilité sur les marges. Depuis dix-huit mois, les prix alimentaires à la consommation ont progressé de 5,7%, ce qui correspond à un point d’inflation, soit autant de pouvoir d’achat en moins pour le consommateur. On voudrait nous faire entendre que la baisse de notre revenu résulte de la hausse des matières premières (fuel, engrais ….). Pour nous, il n’y a pas que cela. On veut donc que la lumière soit faite à ce sujet.

Un rapport Besson, il y a quelques mois, mettait déjà en évidence les marges importantes des distributeurs, notamment pour certains fruits et légumes et le porc. En janvier, une étude de l’association UFC-Que Choisir confirme cette tendance observée depuis dix-huit ans. C’est le sens de notre action de mardi dans une grande surface à Parthenay, juste avant le conseil d’administration de la FDSEA, avec dans la foulée, mercredi, une demande d’entretien à Madame la préfète.

 

Qu’allez-vous lui demander ?

- Nous allons lui faire part de nos constatations de prix et lui demander la mise en place d’un observatoire des prix et des marges. Cette mesure a été annoncée par le ministre de l’Agriculture à l’automne en même temps que le plan d’urgence. Que cet observatoire soit départemental ou régional, peu importe. Ce qui compte c’est qu’il soit effectif et pertinent. Malheureusement nous ne sentons pas réelle volonté politique d’aboutir alors que cet observatoire existe pour le porc !

Mais ce n’est pas notre seule revendication. Nous allons demander une table ronde réunissant la profession agricole, les GMS, les consommateurs et les élus pour s’expliquer, pour faire la lumière sur les prix.  

 

Justement où en est ce plan d’urgence ?

- Les Deux-Sèvres ont été dotées de 2,1 millions d’euros. Et 2 000 dossiers ont été déposés. Il a donc fallu durcir les conditions d’accès. Si bien que seulement 500 à 600 agriculteurs du département pourront prétendre à ce qui n’est autre qu’une bouffée d’oxygène.

 

P. S. Entretien réalisé avant la manifestation de mardi 5 mai.


 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
La vente de taureaux des Sicaudières se tiendra en présentiel et en ligne
Le 12 mars, la station d’évaluation du lycée agricole de Bressuire proposera 35 taureaux à la vente. Dernière vente de charolais…
Publicité