Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Caprin
Des prix garantis sur cinq ans pour les jeunes producteurs de lait de chèvre

Le Brilac organisait mercredi 21 mai une demi-journée de réflexion sur la transmission des outils et l’installation des jeunes en élevage caprin. En Poitou-Charentes, 752 producteurs sur 1661 ont plus de 50 ans.

Eric Ferré, responsable du pôle installation-transmission à la chambre d’agriculture, a souligné la capacité des jeunes éleveurs à faire évoluer leur système de production en fonction de la conjoncture. Un véritable atout pour la filière.
Eric Ferré, responsable du pôle installation-transmission à la chambre d’agriculture, a souligné la capacité des jeunes éleveurs à faire évoluer leur système de production en fonction de la conjoncture. Un véritable atout pour la filière.
© C. P.

Déterminé à être agriculteur, motivé par l’élevage, Basile Baudouin a conscience que sans la volonté de son prédécesseur à transmettre son exploitation, il ne serait pas aujourd’hui producteur de lait de chèvre sur son actuelle ferme située à Mauzé-sur-le-Mignon. L’engagement des cédants dans la transmission de leur outil est l’un des facteurs dont dépend la capacité de la filière caprine à relever le défi du renouvellement des générations. Mercredi 21 mai, au lycée agricole Jacques-Bujault à Melle, l’interprofession caprine (Brilac) posait la problématique avant d’ouvrir le débat au cours d’une table ronde. Alors que 752 éleveurs sur 1661 identifiés dans la base régionale du Plan Capr’1 sont âgés de plus de 50 ans (418 ont plus de 55 ans), seulement 80 jeunes sont inscrits au répertoire à l’installation. S’il devait s’ajouter à ce manque d’engouement des candidats pour la filière, un manque de confiance des cédants quant à la transmissibilité de leur outil, la situation pourrait devenir critique. Une possibilité redoutée par les entreprises de transformation. « Les éleveurs comme les transformateurs viennent de traverser trois années difficiles », commentaient Mickaël Lamy, administrateur d’Eurial et Patrick Charpentier, vice-président de Terra Lacta. Les volumes de production ont été réduits. L’aval s’est restructuré, se donnant les moyens de travailler de nouveaux marchés. « A l’export, de nouvelles perspectives s’ouvrent, poursuivait Mickaël Lamy avant de donner quelques  chiffres en accord avec son confrère de Terra Lacta. La collecte nationale depuis 2010-2011 est passée de 500 millions de litres à 430 millions. Les perspectives de marché à court terme appellent la reconquête des 70 millions de litres perdus au cœur de la crise. »

Lire la suite en page 3 d'Agri79

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Le déconfinement se prépare en Deux-Sèvres
Département classé vert, les Deux-Sèvres sont très peu touchés par l’épidémie de Covid-19. La sortie du confinement se prépare…
Les bruits liés aux canons effaroucheurs d’oiseaux

L’agriculture génère des bruits, notamment pendant la saison des gros travaux, récolte, semis, et notamment lors des semis de…

Bien immatriculer les matériels de l’exploitation agricole
Les matériels qui ne sont pas soumis à l’obligation de certificat d’immatriculation (carte grise) doivent être immatriculés (à l’…
Benoit Forestier, un vétérinaire rural en constante adaptation
Benoit Forestier, vétérinaire rural depuis trente ans à Chiché, a vu son métier se transformer en même temps que la profession d’…
S’affranchir du soja importé, rêve ou réalité ?
Le contexte international de pandémie rend davantage saillante la question de l’autonomie protéique. La France peut-elle répondre…
L’agroalimentaire a mis les bouchées doubles pendant le confinement
La fermeture de la restauration hors domicile a obligé la filière à se tourner vers la grande distribution, alors que la demande…
Publicité