Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Bovin viande
Des prix à la baisse malgré une offre inférieure à la demande

Dans le cadre des tournées régionales de la FNB, les professionnels des régions du grand ouest ont échangé sur les perspectives de la production de viande bovine, au vu du marché mais aussi des évolutions de la PAC.

A la tribune les positions FNB présentées par Guy Hermouet, Pierre Chevalier, Jean-Pierre Fleury et Patrick Benezit.
A la tribune les positions FNB présentées par Guy Hermouet, Pierre Chevalier, Jean-Pierre Fleury et Patrick Benezit.
© N. C.

Lors de la réunion annuelle régionale de la  FNB, vendredi 29 novembre à Nantes, les dossiers de situation de marchés et de la réforme de la PAC ont été débattus avec les responsables professionnels des sections bovines de Bretagne, Pays de la Loire et Poitou-Charentes.
Concernant le marché, la situation des abattages est au plus bas, avec à ce jour une diminution de 7% par rapport à 2012. Cette baisse est liée à la décapitalisation passée des vaches allaitantes conduisant à une offre de broutards  réduite. Avec un niveau de consommation en très légère baisse, le marché est dans une situation d’offre inférieure à la demande. Cependant, malgré ce contexte a priori « favorable », les prix sont actuellement à la baisse. En effet, il est constaté une pression à la baisse depuis l’été sur les cours des gros bovins, tant pour les jeunes bovins que pour les animaux maigres. Pour Guy Hermouet, vice-président de la FNB, « les entreprises de l’aval ne jouent pas le jeu, proposant des prix pour l’exportation à la baisse afin d’obtenir les marchés. Les entreprises sont en concurrence, faisant le jeu des pays importateurs ». En réponse à des comportements opportunistes, la filière mène un travail de structuration des marchés à l’export. La production française n’est pas compétitive face au Brésil ou à l’Inde, c’est pourquoi l’objectif est bien de valoriser les démarches Races à viandes avec des prix à la clef. L’augmentation des importations, notamment en restauration collective, contribue également à des baisses de prix. Les cours actuels conduisent à des coûts de production supérieurs aux prix de vente, situation intenable pour les producteurs. Toutefois, dès cette semaine, la baisse des cours est enrayée en jeunes bovins, et devrait l’être rapidement pour les femelles.

Beaucoup d’interrogation sur l’application de la réforme de la PAC

Le dossier de la PAC avec l’ensemble des éléments en discussion a généré de nombreux échanges. Au vu des incertitudes sur la définition des actifs et du nombre d’animaux éligibles, le montant de la future Pmtva est loin d’être connu. Il reste à définir les éléments suivants :
- quel seuil de vaches primables auquel s’ajoute la prise en compte des races mixtes ?
- quelle prise en compte du pourcentage de génisses ?
- quelle gestion des DPU pour la production veau de boucherie ?

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

D’une exploitation à l’autre, des impacts du simple au double
Sur le pont en plein cœur de la crise qui cloître la majorité des Français chez eux, les agriculteurs s’adaptent avec courage à…
Machin'Agri Saison 1 #épisode4
Découvrez l'épandeur Ploeger AT4103 trois roues. 
Intergénérationnel, le palet fait des adeptes
Jeu traditionnel des départements de la Vendée et du Poitou, le palet n’a rien d’une activité ringarde et séduit les grands comme…
Pour l’avenir du métier : anticiper la reprise
La MFR Saint-Loup-sur-Thouet et la chambre d’agriculture des Deux-Sèvres ont noué un partenariat depuis deux ans pour améliorer…
Pas de restriction pour les activités agricoles

"Après échange avec le Ministre de l’Agriculture, il est, ce matin, confirmé que les activités agricoles ne sont pas…

Lezay, Parthenay : plus de cotations actuellement en Deux-Sèvres
A Lezay, comme à Parthenay, les acteurs des marchés sont inquiets. Les cotations n’ont plus lieu depuis deux semaines alors que…
Publicité