Aller au contenu principal
Font Size

Fièvre catarrhale
Des réponses pour gérer la crise sans céder à la panique

S'agissant de la fièvre catarrhale, la situation évolue rapidement. Quelques réponses pour gérer au mieux les mouvements d'animaux.

La désinsectisation, passage obligé avant les rassemblements d'animaux.
La désinsectisation, passage obligé avant les rassemblements d'animaux.
© DR
1 - Je suis en périmètre interdit et j’ai des broutards à commercialiser. Dans quelles zones peuvent-ils être commercialisés ?
Les déplacements vers une zone indemne sont interdits. Ils sont par contre autorisés vers une zone réglementée à condition de :
- avoir désinsectisé les animaux depuis 28 jours ;
- faire réaliser par votre vétérinaire une sérologie sur les animaux 28 jours après la désinsectisation ;
- faire partir les animaux dans les 7 jours suivant la prise de sang si résultats négatifs ;
- désinsectiser le camion et réaliser un transport direct.

2 - Je suis en zone réglementée, quelles sont les conditions pour la commercialisation de broutards ?
Vous pouvez vendre vos broutards sur l’ensemble du territoire, sans restriction vers un périmètre interdit ou une zone réglementée. Pour les déplacements des animaux vers une zone indemne, les conditions sont les suivantes :
- désinsectisation des animaux 28 jours avant le départ ;
- réalisation par le vétérinaire d’une sérologie sur les animaux 28 jours après la désinsectisation ;
- faire partir les animaux dans les 7 jours suivant la prise de sang si résultats négatifs ;
- désinsectiser le camion et réaliser un transport direct.

3 - Quelles sont les conditions de circulation pour les veaux de 8 jours ?
Les animaux de moins de 30 jours (veaux, chevreaux) destinés à l’engraissement vers une zone plus favorable doivent être désinsectisés avant le départ ainsi que le camion. Attention, ces animaux doivent être commercialisés avant 30 jours, sinon les mêmes règles que pour les broutards doivent être appliquées.

4 - Les frais de prise de sang et d’analyse sont-ils à la charge de l’éleveur ?
Les frais liés aux prélèvements et analyses sont à la charge des éleveurs pour la commercialisation des animaux. Pour les élevages sentinelles (élevages tirés au sort pour évaluer le statut des zones), les frais de prélèvements et analyses sont pris en charge par l’Etat.

5 - Les exportations vers l’Italie vont-elles reprendre ?
Actuellement les exportations sont seulement autorisées vers les pays touchés par la maladie (Allemagne, Belgique, Pays-Bas et Luxembourg). Les exportations vers l’Italie à partir des zones réglementées sont interdites. Par contre, les réglementations communautaires sont en train d’évoluer. Un nouveau règlement devrait entrer en application dans les prochaines semaines. Ce règlement définit les modalités que doivent respecter les animaux pour sortir des zones de restriction (périmètre interdit et zone réglementée).
Les animaux pourront faire l’objet d’une certification officielle en vue d’échanges intracommunautaires si et seulement si les conditions suivantes sont respectées :
- désinsectisation des animaux au moins 14 jours avant prélèvement sanguin en vue d’analyse virologique ;
- ils ont fait l’objet, avec résultat négatif, d’une recherche virologique dans les 7 jours précédant la sortie de la zone de restriction ;
- la protection contre les attaques vecteurs (désinsectisation) est maintenue sans interruption jusqu’à la sortie de l’animal de la zone de restriction et jusqu’à ce qu’il parvienne à destination.

6- Comment réaliser la désinsectisation ?
La désinsectisation des animaux ne doit être réalisée qu’avec des médicaments vétérinaires ayant une AMM pour l’espèce concernée, sur prescription vétérinaire lorsque cela est nécessaire. La protection contre les insectes est maintenue suivant la durée de rémanence des produits. Il est nécessaire d’en vérifier la durée sur la notice.
Ces traitements doivent être inscrits dans le registre d’élevage et les ordonnances et preuves d’achat doivent être conservées.
Pour les caprins, il n’existe pas à ce jour de produit insecticide ayant une AMM spécifique. C’est donc un forfait de 28 jours qui s’applique, ce qui pose un problème pour la commercialisation des chevreaux. Les services vétérinaires étudient les possibilités de délivrer des AMM spécifiques pour palier cette situation.
La désinsectisation des animaux doit être complétée par la désinsectisation des bâtiments avec des produits spécifiques.

JY3Z8VH1.pdf (47.19 Ko)
Légende
Listes des médicaments vétérinaires et des produits pour le traitement des bâtiments et équipements d’élevage.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Plainte contre l'association Nous voulons des coquelicots : « Quand on refuse de se défendre, on va vers une forme d’esclavage »
Il y a quelques jours, Jean-René Gouron a déposé plainte contre « Nous voulons des coquelicots ». L’agriculteur retraité de la…
Thomas Gaillard, président JA 79
Un RIP contre l’élevage

Nos parlementaires sont-ils tombés sur la tête ?
À ce jour, un Référendum d’Initiative Partagé (RIP) pour les animaux…

Dégradation du matériel agricole : «c’est écœurant»
Dans la nuit du 12 au 13 septembre, un ou plusieurs individus ont volé un télescopique et l’ont ensuite utilisé pour dégrader une…
Inondations à Niort, hiver 2020
« Le problème de l’eau n’est pas un problème agricole »
Pour que la végétation se développe, il faut de l’eau. Au lendemain d’un hiver pluvieux, un habitant des Deux-Sèvres, formé à la…
Thomas Gaillard, entre appel au calme et au combat collectif
Revendiquant un brin de naïveté politique et un côté utopiste, le président des JA élu cette année affirme toutefois avoir…
Action de chasse.
«  La discipline intéresse les jeunes »
Ce dimanche 13  septembre a lieu l’ouverture générale de la chasse. Aux alentours de 10 000 en Deux-Sèvres, le nombre de…
Publicité