Aller au contenu principal
Font Size

Formation
Des spécialisations caprins à la carte au Lycée de Melle

Le centre de formation Terres & Paysages propose différents cursus sur son site de Melle pour se spécialiser en élevage caprin.

Le lycée dispose d’un troupeau de 400 chèvres pour se former à l’élevage.
© CFPPA Terres et Paysages

La certification de spécialisation Caprins, ou CS Caprins « Conduite d’un élevage caprin » n’est pas un diplôme classique mais une formation en apprentissage qui donne les clés pour s’installer, ou a minima travailler dans le secteur caprin, en livraison de lait ou fromagerie. Moins d’une dizaine d’établissements en France proposent cette certification, et le lycée agricole de Melle en fait partie. « Nous disposons d’un troupeau de 400 chèvres sur place qui permet aux élèves d’approfondir deux blocs de compétences: le pilotage technico-économique d’une exploitation (coûts de production, marges...) et les interventions sur l’animal (alimentation, traite, soins, reproduction) », détaille Marion Estrade, chargée de la formation.

Contrat d’apprentissage d’un an

Quinze élèves en moyenne composent les promos annuelles, qui pourraient être agrandies. « Le plus dur pour eux est de trouver des maîtres d’apprentissage, confie Marion Estrade. Pourtant, les conditions sont intéressantes pour les agriculteurs les accueillant. Les élèves sont les trois quarts du temps sur le terrain, soit 35 semaines, et la réforme Avenir Pro garantit des aides mensuelles avantageuses aux maîtres d’apprentissage». Les douze semaines restantes sont consacrées à 400 heures de cours, et l’année est validée par une épreuve orale d’entretien d’explicitation d’une situation professionnelle. À noter, depuis la réforme, la CS Caprins assure une rémunération aux apprentis 15% supérieure en moyenne aux autres formations, et on peut y accéder en cours d’année, par module, ce jusqu’à l’âge limite de 30 ans.

Devenir pro ou juste « goûter »

Le lycée de Melle dispose de deux autres atouts pour ceux qui souhaitent s’orienter vers l’élevage de chèvres : la CS « Technicien conseil en élevage caprin », unique à l’échelle nationale, et un atelier de transformation fromagère flambant neuf sur la ferme de l’établissement. Une infrastructure qui donne l’opportunité aux élèves ayant choisi l’option « commercialisation des produits » (trois semaines de cours) de se faire la main, mais aussi à d’autres élèves, des BTS Production animales par exemple, de venir juste « goûter » à l’univers des caprins par le biais là encore d’un module optionnel de trois heures par semaine.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Plainte contre l'association Nous voulons des coquelicots : « Quand on refuse de se défendre, on va vers une forme d’esclavage »
Il y a quelques jours, Jean-René Gouron a déposé plainte contre « Nous voulons des coquelicots ». L’agriculteur retraité de la…
Thomas Gaillard, président JA 79
Un RIP contre l’élevage

Nos parlementaires sont-ils tombés sur la tête ?
À ce jour, un Référendum d’Initiative Partagé (RIP) pour les animaux…

Dégradation du matériel agricole : «c’est écœurant»
Dans la nuit du 12 au 13 septembre, un ou plusieurs individus ont volé un télescopique et l’ont ensuite utilisé pour dégrader une…
Inondations à Niort, hiver 2020
« Le problème de l’eau n’est pas un problème agricole »
Pour que la végétation se développe, il faut de l’eau. Au lendemain d’un hiver pluvieux, un habitant des Deux-Sèvres, formé à la…
Thomas Gaillard, entre appel au calme et au combat collectif
Revendiquant un brin de naïveté politique et un côté utopiste, le président des JA élu cette année affirme toutefois avoir…
Action de chasse.
«  La discipline intéresse les jeunes »
Ce dimanche 13  septembre a lieu l’ouverture générale de la chasse. Aux alentours de 10 000 en Deux-Sèvres, le nombre de…
Publicité