Aller au contenu principal
Font Size

Activez votre compte numérique

Pour lire les articles dans leur intégralité, vous tenir informé via les newsletters et consulter la version numérique d’Agri79 dès le jeudi,

J’active mon compte numérique.

Des surfaces équivalentes à celles de 2012 et 2013 en Poitou-Charentes

Le Gnis vient de rendre son rapport annuel sur la récolte 2016 de semences dans la région Grand Ouest. Si la plupart ont des surfaces stables, ce n’est pas le cas du Poitou-Charentes, qui enregistre une baisse de 13 %.

La baisse des surfaces de production s’explique en partie
par une offre supérieure à la demande et par la baisse
de la demande en céréales hybrides.
La baisse des surfaces de production s’explique en partie
par une offre supérieure à la demande et par la baisse
de la demande en céréales hybrides.
© N.C.

L’heure du bilan a sonné pour le Gnis, qui sort les premiers chiffres régionaux pour la récolte 2016. Avec 30 209 hectares de production de semences et de plants dans les Pays de la Loire, la région se place en leader dans le Grand Ouest (Pays de la Loire, Bretagne, ex-Basse-Normandie et ex-Poitou-Charentes). Cette superficie totale, qui représente 8 % de la superficie nationale, a diminué de 1 % par rapport à 2015. Un chiffre en baisse mais qui doit être comparé à ses voisins. En effet, si la Bretagne n’enregistre pas de baisse, l’ex-Basse-Normandie et l’ex ­Poitou-Charentes voient leurs surfaces de production baisser respectivement de 11 et de 13 %. Cela s’explique en partie par la baisse de la demande en céréales hybrides (particulièrement consommatrices de sols), mais aussi par un stock important chez les opérateurs par rapport à la demande.


Selon Vincent Poupard, délégué régional du Gnis Grand Ouest, la baisse de 13 % en Poitou-Charentes, ramène la surface à la moyenne de ces dernières années, après une forte hausse en céréales hybrides au cours des deux années précédentes. Avec 7 000 hectares en 2016, les céréales à paille représentent désormais 44 % des surfaces contractualisées, mais une superficie assez proche de celle des années 2011 à 2013. On constate aussi une baisse des surfaces en maïs et sorgho, à 1 257 ha, contre 2 000 ha en 2014.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

S’installer hors cadre familial : saisir l'opportunité
Audrey Pelletier a rejoint l’équipe du Gaec du Petit Chauveux en juin 2020, après un stage parrainage d’un an. Passionnée par l’…
Le chanvre français prépare le virage de la fleur
Dans le cadre de l'expérimentation en France du cannabis à fins thérapeutiques, l'Agence nationale du médicament (ANSM) devrait …
Et soudain, Exoudun... un village bouillonnant
Au centre d’un triangle St-Maixent-Melle-Lusignan, à équidistance de Poitiers et de Niort, se niche à flanc de colline le village…
Le boom des brasseries artisanales
Les brasseries artisanales fleurissent en France, avec 328 ouvertures de brasseries cette année. Les Deux-Sèvres sont aussi…
Coloré, l'enrubannage exprime la solidarité
On les voit se multiplier dans les champs depuis 2017. A l’initiative du fabricant de film plastique trioplast, les bottes de…
Grossiste, éleveur, restaurateur : ils se lancent dans l’ultralocal
Fin juin, les frères Giraud, éleveurs de Limousines et Charolaises, ont vendu une nouvelle vache au grossiste bressuirais…
Publicité