Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Des vols de câbles électriques sur les exploitations agricoles

En l’espace d’un mois et demi, quatre exploitations du département ont fait l’objet d’un vol de câbles électriques.

© N.C.

Depuis le 24 avril 2016, le groupement de gendarmerie des Deux-Sèvres dénombre quatre faits de vols de câbles électriques servant à l'alimentation des systèmes d'irrigation sur des exploitations agricoles. La vigilance et les mesures de prévention s’imposent.
À Rom, c’est entre le 24 avril et le 6 mai que le ou les auteurs ont profité de l'absence de surveillance au milieu d'un champ agricole pour s'approcher d'un pivot d'irrigation et dérober environ 36 mètres de gros câblage d'alimentation électrique présent sur l'installation.
À Saint-Rémy, entre le 30 mai et le 6 juin, le ou les auteurs ont pénétré avec un véhicule dans le champ agricole de la victime. Ils ont dégradé le tableau électrique alimentant la rampe d'irrigation (pivot) et sectionné les câbles à leurs extrémités. Les colliers de serrage ont été coupés sur 200 mètres. Au total, ils ont dérobé 300 mètres de câbles électriques en prenant soin de ne pas abîmer le maïs.


Dans le même laps de temps, à Limalonges, un agriculteur a constaté que les câbles électriques alimentant les moteurs de son pivot d’arrosage avaient été sectionnés. Environ 300 mètres de câbles ont ainsi disparus. La victime a constaté également la présence de traces de pneumatiques longeant la longueur totale du pivot, sans pouvoir distinguer la structure des pneus.
Enfin, le mardi 7 juin à Vouillé, les auteurs se sont tout d'abord dirigés vers le tableau électrique du pivot d'irrigation pour couper l'électricité. Les tuyaux renfermant les câbles situés en haut du pivot ont été coupés aux extrémités visiblement avec du matériel électro-portatif. Les câbles ont ensuite été tirés avec un véhicule de grande capacité. Ce même véhicule a sûrement permis le travail en hauteur. Un bout de câble avec un nœud à l'extrémité a été retrouvé sur place. Le préjudice total est estimé à 5 000 euros.

Plus d'infos dans le journal Agri 79 du 17 juin 2016

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Le déconfinement se prépare en Deux-Sèvres
Département classé vert, les Deux-Sèvres sont très peu touchés par l’épidémie de Covid-19. La sortie du confinement se prépare…
Les bruits liés aux canons effaroucheurs d’oiseaux

L’agriculture génère des bruits, notamment pendant la saison des gros travaux, récolte, semis, et notamment lors des semis de…

Bien immatriculer les matériels de l’exploitation agricole
Les matériels qui ne sont pas soumis à l’obligation de certificat d’immatriculation (carte grise) doivent être immatriculés (à l’…
Benoit Forestier, un vétérinaire rural en constante adaptation
Benoit Forestier, vétérinaire rural depuis trente ans à Chiché, a vu son métier se transformer en même temps que la profession d’…
S’affranchir du soja importé, rêve ou réalité ?
Le contexte international de pandémie rend davantage saillante la question de l’autonomie protéique. La France peut-elle répondre…
L’agroalimentaire a mis les bouchées doubles pendant le confinement
La fermeture de la restauration hors domicile a obligé la filière à se tourner vers la grande distribution, alors que la demande…
Publicité