Aller au contenu principal

devenir un mâle d’IA : beaucoup de candidats, peu d’élus

De la naissance des boucs à leur mise sur catalogue, quatre ans sont nécessaires à l’organisme de sélection pour conduire une batterie de tests visant à déterminer leur aptitude à la production de semences. Seuls 30 à 40 boucs par an intégreront le catalogue IA.

200 mâles sont achetés chaque année par CapGènes à l’âge de 3 mois pour entrer en quarantaine. Ils sont dès lors suivis individuellement.
200 mâles sont achetés chaque année par CapGènes à l’âge de 3 mois pour entrer en quarantaine. Ils sont dès lors suivis individuellement.
© CapGènes

Dans le cadre des 1 000 accouplements programmés annuellement par Capgènes, chaque mâle né dans l’un des 220 élevages retenus dans le réseau est contrôlé par un technicien référent pour vérifier l’absence de tares raciales (trayon surnuméraire, poils longs, défaut de face) et de défauts de conformations (aplombs, dos). Un prélèvement sanguin sur le jeune mâle et sur la mère est effectué. Ces échantillons permettent de réaliser des contrôles de filiations, des typages pour la caséine alpha S1 ou la résistance à la tremblante ainsi que des analyses garantissant un statut sanitaire en conformité avec les exigences européennes (fièvre Q, chlamydiose, Caev). Demain, une analyse génomique sera réalisée et permettra de disposer d’une évaluation de la valeur génétique du mâle dès cette étape.

Parmi les quelque 500 mâles visités, 200 sont achetés à trois mois par Capgènes pour entrer en quarantaine. Dès leur arrivée, les mâles sont conduits en box individuels. Ce processus obligatoire assure à Capgènes que les jeunes mâles ne sont pas porteurs de problèmes sanitaires non exprimés dans l’élevage d’origine. Les boucs sont suivis individuellement sur leur croissance et leur comportement social vis-à-vis de l’homme. Chaque mois, ils sont inspectés par le vétérinaire sanitaire du centre. Pour pouvoir entrer en centre de production de semences, le mâle doit être indemne de Caev, fièvre Q, paratuberculose, chlamydiose, tuberculose, brucellose, fièvre catarrhale, border disease et Schmallenberg.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Étang de Beaurepaire : la digue fermée à la circulation complique le quotidien
La fermeture de la route qui traverse l’étang de Beaurepaire oblige à faire un détour de 10 kilomètres. Les fonds pour mener les…
Attention au risque incendie

Depuis l’incendie d’un hangar à St Martin de Bernegoue le 10 avril, quatre nouveaux sinistres ont été enregistrés dans…

Flavien, éleveur de chèvres : « Les rencontres ont fait mûrir mon projet »
Déterminé depuis l’enfance à devenir agriculteur, Flavien Favre a bâti pas à pas son projet. Sa formation et ses expériences sur…
Les jeunes agriculteurs organisent un repas 100% local
Moteurs de la vie rurale, les Jeunes agriculteurs vont proposer aux Deux-Sévriens un repas complet, le samedi 1er mai…
Quand les haies chauffent le plancher des poules
A la faveur de l’installation d’un jeune agriculteur, en mai 2020, le Gaec Baulieu, à Echiré, a investi dans de nouveaux…
À la découverte de la petite Toscane argentonnaise
Loin de la plaine du sud, à équidistance de Bressuire et de Thouars, le village d’Argenton-les-Vallées se tient entre deux rives…
Publicité