Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Activez votre compte numérique

Pour lire les articles dans leur intégralité, vous tenir informé via les newsletters et consulter la version numérique d’Agri79 dès le jeudi,

J’active mon compte numérique.

devenir un mâle d’IA : beaucoup de candidats, peu d’élus

De la naissance des boucs à leur mise sur catalogue, quatre ans sont nécessaires à l’organisme de sélection pour conduire une batterie de tests visant à déterminer leur aptitude à la production de semences. Seuls 30 à 40 boucs par an intégreront le catalogue IA.

200 mâles sont achetés chaque année par CapGènes à l’âge de 3 mois pour entrer en quarantaine. Ils sont dès lors suivis individuellement.
200 mâles sont achetés chaque année par CapGènes à l’âge de 3 mois pour entrer en quarantaine. Ils sont dès lors suivis individuellement.
© CapGènes

Dans le cadre des 1 000 accouplements programmés annuellement par Capgènes, chaque mâle né dans l’un des 220 élevages retenus dans le réseau est contrôlé par un technicien référent pour vérifier l’absence de tares raciales (trayon surnuméraire, poils longs, défaut de face) et de défauts de conformations (aplombs, dos). Un prélèvement sanguin sur le jeune mâle et sur la mère est effectué. Ces échantillons permettent de réaliser des contrôles de filiations, des typages pour la caséine alpha S1 ou la résistance à la tremblante ainsi que des analyses garantissant un statut sanitaire en conformité avec les exigences européennes (fièvre Q, chlamydiose, Caev). Demain, une analyse génomique sera réalisée et permettra de disposer d’une évaluation de la valeur génétique du mâle dès cette étape.

Parmi les quelque 500 mâles visités, 200 sont achetés à trois mois par Capgènes pour entrer en quarantaine. Dès leur arrivée, les mâles sont conduits en box individuels. Ce processus obligatoire assure à Capgènes que les jeunes mâles ne sont pas porteurs de problèmes sanitaires non exprimés dans l’élevage d’origine. Les boucs sont suivis individuellement sur leur croissance et leur comportement social vis-à-vis de l’homme. Chaque mois, ils sont inspectés par le vétérinaire sanitaire du centre. Pour pouvoir entrer en centre de production de semences, le mâle doit être indemne de Caev, fièvre Q, paratuberculose, chlamydiose, tuberculose, brucellose, fièvre catarrhale, border disease et Schmallenberg.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Un entrepreneur français lance une «agence internationale de notation des sols»

L'entrepreneur Quentin Sannié, co-fondateur de Devialet (start-up hi-fi) a annoncé, dans un communiqué le 5 juin, le lancement…

Le département passe à l’acte 2 de son plan de relance
Après un premier plan d’aides annoncé le 21 avril dernier, le Conseil départemental en a entamé un deuxième, doté d’un budget…
Grégory Nivelle, nouveau président de la Fnsea 79 : « Les agriculteurs n’imposent pas un modèle, ils répondent à des attentes »
Mardi 9 juin, la nouvelle équipe de la FNSEA 79 a élu Grégory Nivelle président. L’éleveur laitier du sud Deux-Sèvres succède à l…
Quand l’installation tient à un permis de construire
Au Gaec Lactagri, à Aiffres, la relève est presque assurée : deux porteurs de projet sont dans l’attente de la construction d’un…
Guillaume Largeaud, attaché au Marais... et à faire bouger les lignes
Son passage à Top Chef Les grands duels, le 10 juin, nous a laissé sur notre faim. Portrait d’un éleveur convaincu que la…
Un cheptel en légère hausse
Thierry Baudouin raccroche après quatorze ans de présidence. Catherine Gallard et Emmanuel Turpeau prennent le relais avec de…
Publicité