Aller au contenu principal

Maïs
Choisir ses variétés de maïs

Le choix variétal est une première étape importante dans l’itinéraire technique d’une culture de maïs. Choisir une précocité adaptée à son contexte et valoriser le progrès génétique sont les deux axes prioritaires pour des cultures rentables.

 

La productivité est liée à la précocité. Ainsi, en maïs grain, un point d’humidité correspond à un écart de rendement compris entre 0 et 2,5 q/ha. En maïs fourrage, un point d’écart de pourcentage de MS se traduit en moyenne par une production de 0,2 t/ha. Mais cet avantage ne s’exprimera que si l’offre climatique est suffisante. L’essentiel est donc d’adapter la précocité à son contexte, fonction de la zone de culture et de la date de semis.

En production de grain, l’objectif de teneur en eau peut varier en fonction de la destination : collecte ou autoconsommation. Dans tous les cas, on retiendra des précocités qui autorisent une récolte avant la fin octobre, pour préserver la qualité sanitaire et permettre d’implanter ensuite une céréale en bonnes conditions. En production de fourrage, l’objectif sera de récolter un maïs entre 30 et 35 % de MS plante entière pour un bon compromis entre rendement, conservation au silo et valeur alimentaire.

Productivité pour la performance économique

La productivité est un critère de choix important pour la performance économique. La régularité de rendement est également à prendre en compte, notamment dans les secteurs à alimentation hydrique limitée. Le progrès génétique pour les variétés de maïs fourrage est estimé entre 0,10 et 0,15 t MS/ha/an. Il est compris entre 0,7 et 1,3 q/ha/an en maïs grain. Intégrer régulièrement des variétés récentes dans son assolement permet de valoriser ces gains de productivité.

Tenue de tige et tolérance aux maladies

Depuis une vingtaine d’années, le progrès génétique est net sur le critère tenue de tige. Cela a permis de sécuriser le rendement et la qualité. Lors du choix variétal, la vigilance reste de mise surtout en cas de risque de récolte tardive. En production de grain, la tolérance à la fusariose est importante, notamment dans les situations où les récoltes sont plus tardives.

Un choix multi-critères

En résumé, un choix variétal raisonné doit s’appuyer sur des résultats d’essais fiables. Le bon compromis précocité et productivité est la priorité, sans oublier la régularité des performances. En situations à risque particulier (récolte tardive, risque maladies), le choix variétal intégrera des critères supplémentaires.

En maïs fourrage, il existe des écarts significatifs entre variétés sur la valeur alimentaire, mais il ne faut pas occulter le poids très important des conditions de culture et de la date de récolte.

Pour une bonne gestion du risque, on retiendra plusieurs variétés sur l’ensemble de la sole maïs. Les valeurs sûres, évaluées en situations variées depuis deux ou trois ans, auront la place principale. Pour préparer les prochaines campagnes, des nouvelles variétés performantes seront essayées sur une partie de la surface.

Publicité